En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Gronnemark, la

    MAGAZINE

    Etranger

    MAGAZINE

    Gronnemark, la "Red touche"

    9 févr. 2019

    > Liverpool - Bournemouth (16h)

    Arrivé en début de saison du club danois de Midtjylland, Thomas Gronnemark est un coach pas tout à fait comme les autres au sein du staff de Jurgen Klopp. C'est en effet en spécialiste de la touche qu'il intervient auprès des Reds. Unique sur la planète foot.

    Lorsqu'on vise l'excellence, ce qui est le cas de Liverpool, il n'y a pas de limites à la spécialisation des entraînements, à la multiplication des intervenants, pour toujours plus d'efficacité et de recherche de la performance. En recrutant cet été le recordman du monde de la touche la plus longue (51m33 !), Jurgen Klopp a souhaité insister sur un secteur de jeu que bien peu de ses collègues appréhendent : la touche. Car, si ce secteur est central au rugby, il reste secondaire au football, considéré comme une simple remise en jeu sans conséquence. C'est justement dans l'espoir de changer cette dimension et pour se donner d'autres armes, que l'actuel leader de Premier League a souhaité se payer les compétences de ce Danois de 43 ans qui a un peu joué au foot étant jeune avant de faire de l'athlétisme et du bobsleigh, chez lui, au Danemark. Celui qui se définit comme "une sorte de geek des touches" s'inspire de l'approche des coachs de skills du sport US, très spécialisés, et qui n'hésitent pas à découper les séquences de jeu pour en tirer toute leur quintessence. Ainsi de la touche, qu'il divise en trois grands types : la touche longue (pour porter le danger devant le but), la touche rapide (pour accélérer le jeu) et la touche intelligente (pour garder le ballon). « C'est cohérent, concède Guy Roux, car il n'est pas rare, parce qu'il n'y a pas de hors-jeu sur une touche, qu'elle soit une vraie passe décisive ou en tout cas une avant-dernière passe décisive, quand le défenseur met du temps à se replacer et que celui qui a le ballon en main fait preuve de précision et de pertinence dans son choix. Ce n'est pas pour rien qu'on les fait travailler dans les écoles de football, pas suffisamment à mon sens ». Et le sorcier bourguignon de nous rappeler « qu'on pouvait perdre des matches sur des touches mal négociées, jouées dans le dos de la défense quand celui qui l'exécute a la capacité à la faire très longue, comme de vrais coup de pieds arrêtés. »

    Une vraie arme offensive

    C'est surtout dans la touche longue, sa spécialité, que Gronnemark peut faire progresser les joueurs, souvent des joueurs excentrés, défenseurs, en leur faisant gagner entre 5 à 10 mètres sur leur lancé et ainsi transformer une séquence de jeu banale en vraie arme offensive. Et de décortiquer un geste qui peut contenir jusqu'à une trentaine d'aspects techniques différents, de la prise d'élan à la prise en main jusqu'à l'impulsion et la détente finale. Pour illustrer l'efficacité de sa technique, et convaincre le staff de Liverpool de l'engager, les stats de Midtjylland se passaient de commentaires avec dix buts directement emmenés par une touche longue la saison passée ! Fier de son statut d'unique entraîneur de touche dans le monde du football, Thomas a d'abord dû faire face à pas mal de scepticisme auprès même des joueurs, pas vraiment convaincus. Mais avec une moyenne 40 à 50 touches par match, tous ont vu le bénéfice qu'ils pouvaient tirer d'être précis également dans ce secteur de jeu. Après une première session de travail pendant la préparation de la saison, en juillet et août, le nouveau coach des touches les analyse toutes en vidéo après chaque match et n'hésite pas à intervenir s'il sent qu'une d'entre elles a été mal effectuée ou mal négociée. A terme, le but est de transformer une remise en touche dans le camp adverse, à l'instar d'un corner ou d'un coup-franc excentré, en véritable occasion de but. L'histoire retiendra que c'est du Danemark et de Liverpool qu'est venue cette petite révolution.

    > Retrouvez cet article dans Le Foot Magazine, actuellement chez votre marchand de journaux.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club