En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Le match de la peur

    Copa Libertadores

    Etranger

    Copa Libertadores

    Le match de la peur

    25 nov. 2018

    > Finale retour de la Copa Libertadores entre River Plate et Boca Juniors

    Réputés pour être les plus chauds au monde, les derbys argentins entre River Plate et Boca Juniors ont pris une nouvelle dimension avec la finale de la Copa Libertadores. A tel point que l’on se demande jusqu’où sont prêts à aller certains individus pour exprimer leur haine pour le club adverse. Alors que le match aller s’est soldé par un résultat nul (2-2) et que les buts inscrits à l’extérieur ne comptent pas double dans cette finale de Ligue des Champions sud-américaine, tout doit se jouer lors du match retour sur la pelouse de River Plate au Stade Monumental. Mais une rencontre entre les deux monstres sacrés de Buenos Aires n’est jamais une rencontre comme les autres. Programmé hier soir, le match a d’abord été retardé, puis décalé à ce dimanche à la suite de débordements honteux qui font mal au football. Lors de son arrivée au Stade Monumental, le car des joueurs de Boca Juniors a été caillassé. Les vitres ont été cassées par des projectiles, dont des pavés et certains joueurs, dont le capitaine Pablo Perez (qui a dû aller se faire soigner à l’hôpital), ont été blessés. A l’extérieur du stade, des scènes d’émeutes provoquées notamment pas des supporters n’ayant pas de billets et souhaitant pénétrer dans le stade, ont créé un véritable chaos qui a obligé le maire de Buenos Aires à fermer le stade.

    Alors que la police a balancé des gaz lacrymogènes pour calmer la folie des supporters, le vent a poussé le gaz vers le bus des joueurs de Boca qui ont été fortement incommodés.
    La Confédération sud-américaine de football (CONMEBOL) a d’abord voulu que la finale se joue dans la soirée, certains journalistes argentins évoquaient même une pression du président de la fédération internationale (FIFA) Gianni Infantino.

    Reporté à ce soir (17h en Argentine, 21h en France), le match de la peur va-t-il pouvoir se jouer dans un climat propice au foot ? On se rappelle qu’en 2017, le quart de finale aller de Ligue des Champions entre Dortmund et Monaco avait été repoussé au lendemain à la suite d’une bombe qui avait explosé à proximité du car des Allemands (blessant des joueurs). Finalement, les joueurs du Borussia étaient passés complètement à côté de leur match. Et puis surtout, une question terrible se pose : que se passera-t-il si Boca Juniors remporte la finale ?

    > River Plate - Boca Juniors (21h en France, Stade Monumental de Buenos Aires)


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club