En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Le pari de Löw avec la Mannschaft

    Allemagne

    Etranger

    Allemagne

    Le pari de Löw avec la Mannschaft

    20 mars 2019

    > Allemagne - Serbie (20h45)

    Avant le match aux Pays-Bas dimanche pour les débuts des qualifications pour l'Euro, l'Allemagne débute son année ce soir par une rencontre amicale face à la Serbie. Joachim Löw, très attendu dans son opération "rajeunissement" qui a créé la polémique, joue déjà gros.

    C’est un nouveau départ que prend la Mannschaft ce soir face à la Serbie. Humilié lors de la Coupe du monde où elle a été éliminée dès la phase de groupes, l’Allemagne a ensuite connu une désillusion en Ligue des Nations, avec la dernière place du groupe et une descente en Ligue B. Sur la sellette, Joachim Löw a promis du changement et un rajeunissement des cadres pour relancer l’équipe nationale. Et les premières grandes décisions du vainqueur de l’Euro 2012 et de la Coupe du Monde 2014 a été de rayer de la carte trois de ses plus fidèles soldats : Thomas Müller, Mats Hummels et Jérôme Boateng. La mise à l’écart des joueurs du Bayern (qui n’avaient jamais évoqué de départ à la retraite) a créé une première polémique. «Indépendamment de ce que je pense être une décision sportive difficilement justifiable (que je respecte bien sûr), la façon dont ça a été fait est pour moi incompréhensible, a écrit Mats Hummels sur les réseaux sociaux. Thomas, Jérôme et moi avons tout donné à l'équipe nationale depuis des années, et cette démarche est à mes yeux injuste, par rapport à ce tout ce que nous avons fait et réussi. »

    Un sentiment d’injustice partagé par ses deux coéquipiers du Bayern qui ont le sentiment d’avoir été utilisé comme des boucs émissaires par le sélectionneur. Une position qui s’explique difficile autrement, Löw ayant toujours défendu la nécessité d’avoir des joueurs expérimentés dans son groupe et que les trois joueurs en question n’ont pas plus de 30 ans.

    «Quand on prend de telles décisions, on sait qu’on prend un certain risque»

    Quoi qu’il en soit, c’est sans eux que la Mannschaft s’apprête à jouer les deux premiers matchs de la rédemption. Sur le papier, le premier face à la Serbie à Wolfsburg est amical, mais il est sensé donner « le ton » avant le début de la campagne de qualification, dimanche à Amsterdam face aux Pays-Bas, le gros morceau du groupe, qui a envoyé l’Allemagne en Ligue B il y a quelques mois.

    «L’avenir de Joachim Löw comme sélectionneur va dépendre de sa capacité à réussir le rajeunissement de façon à ce que l’Allemagne soit de nouveau un candidat au titre à l’Euro 2020, et à ce que son équipe ne plie pas les voiles honteusement dès la fin du premier tour comme en Russie » écrivait cette semaine le magazine Kicker. Conscient des conséquences de ses choix, qui lui ont mis à dos les joueurs du Bayern ainsi qu’une partie de l’opinion publique (le Bayern est très populaire en Allemagne), Joachim Löw ne fuit pas ses responsabilités. «Quand on prend de telles décisions, on sait qu’on prend un certain risque», a-t-il admis mardi en ouverture de la semaine internationale. «Que ma position dépende de la façon dont nous jouons et des résultats, je le sais depuis des années. Il n’y a rien de nouveau pour moi». 

    Parmi les nouveaux leaders de jeu de la Mannschaft, on trouve désormais Leroy Sané (photo), le jeune joueur de Manchester City (23 ans) que Löw n’avait pas emmené en Russie. Preuve du rajeunissement de son équipe, le sélectionneur a aussi appel trois petits nouveaux : les défenseurs Maximilian Eggestein (Werder Brême) et Niklas Stark (Hertha BSC), ainsi que le jeune milieu de terrain de Leipzig, Lukas Klostermann.

    En considérant les joueurs qui ont d’eux-mêmes annoncé leur mise en retrait de la sélection (Özil et Gomez) ainsi que les blessés (Draxler notamment), la première liste en 2019 de Joachim Löw ne compte plus que 14 mondialistes : Neuer, Ter Stegen, Trapp, Ginter, Hector, Kimmich, Rüdiger, Süle, Brandt, Reus, Goretzka, Gündogan, Kroos et Werner.

     


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club