En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Nainggolan juge le sélectionneur belge

    INTER MILAN

    Etranger

    INTER MILAN

    Nainggolan juge le sélectionneur belge "pathétique"

    22 nov. 2018

    Le Belge ne comprend toujours pas pourquoi il a été écarté du Mondial.

    A côté de Radja Nainggolan, Adrien Rabiot est un enfant de cœur. Il faut dire que, si la non sélection de Rabiot pour la Coupe du Monde n’a pas été une énorme surprise, celle du joueur aujourd’hui à l’Inter Milan a créé une vague de contestation en Belgique. Quatre mois après la campagne russe qui a vu les Belges terminer à la troisième place, le joueur de 30 ans, très marqué par sa non sélection, est déterminé à ne plus jamais porter le maillot de l’équipe nationale. Une décision qu’il a de nouveau expliquée au micro d’ESPN. "J'avais dit que si je n'étais pas convoqué pour la Coupe du Monde je ne reviendrais plus jamais en sélection et c'est ce que je ferais. Je suis un homme de parole, explique-t-il. S'il devait y avoir un changement de sélectionneur et que le nouveau me suppliait de revenir, je refuserais encore, car je suis sûr de ma décision. Ça a été beau de disputer l'Euro, une belle expérience, mais maintenant c'est fini". Le Belge passé cet été de la Roma à l’Inter explique qu’il n’a pas compris la décision de Roberto Martinez. "J'ai été énormément déçu d'avoir été écarté de la liste sans raison après avoir fait une belle année européenne avec mon club (ndlr : la Roma a été demi finaliste de la dernière Ligue des Champions). En sélection il y a eu des joueurs qui ont été appelés alors qu'ils jouaient dans des clubs moins huppés. Je n'ai jamais rien exigé, si j'ai été appelé auparavant c'est parce que j'avais joué 50 matchs avec mon club et que j'avais mérité ma convocation. Les raisons du sélectionneur Martinez ? Toutes pathétiques … Quand j'étais à la Roma je jouais 50 matchs par saison et les gens critiquaient mon hygiène de vie. Je pense que les gens ne devraient pas parler de ce qu'ils ne savent pas. Je veux que les gens me disent les choses en face. Après, peut-être que j'aurais serré la main, même si je n'étais plus rappelé. Mais si quelqu'un ne se comporte pas ainsi il perd mon respect". Maintenant le fantasque milieu de l’Inter explique vouloir se concentrer à fond pour son club lors des rassemblements internationaux. Ce qui arrange plutôt les Milanais, qui se préparent au match crucial pour leur qualification en huitième de finale de la C1 contre Tottenham à Wembley.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club