En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    « Si je perds mon œil, personne ne me le redonnera »

    Copa Libertadores

    Etranger

    Copa Libertadores

    « Si je perds mon œil, personne ne me le redonnera »

    29 nov. 2018

    Après les incidents, l'incroyable témoignage du capitaine de Boca Juniors.

    Blessé à l’œil lors de l’attaque du bus de Boca Juniors par des pseudos supporters de River Plate (attaque qui a entrainé le report du match au 8 ou 9 décembre sur terrain neutre en dehors de l’Argentine), Pablo Perez, capitaine du Boca, est revenu sur les évènements dramatiques du 24 novembre au micro de TNT SPORT. « Si je perds mon œil, personne ne me le redonnera. Comment pouvons nous entrer sur le terrain sans être en sécurité ? Je ne peux pas jouer sur un terrain où ils peuvent me tuer », explique Pablo Perez qui a eu l’œil gravement touché lorsqu’un projectile a fait exploser une fenêtre du bus. « Ils ont continué à nous tirer des pierres sur le trajet de l’ambulance, poursuit le joueur. Non seulement ils m'ont blessé mais ils voulaient me refaire mal encore ». Le capitaine de Boca pose la question fatidique : « Si nous avions joué et gagné, que ce serait il passé ? Ils nous auraient tué ». Le joueur s’en est aussi clairement pris à la CONMEBOL (équivalent de l’UEFA en Amérique du Sud). « Le médecin n'est jamais venu me voir. Il a signé un papier affirmant que j'étais en condition de jouer. Une honte. De l'œil gauche je ne voyais plus rien, je devais le tenir fermé car mes larmes coulaient ». Depuis, on a appris que le médecin avait reçu pour ordre de ne pas aller voir le capitaine de Boca Juniors pour le forcer à jouer le match. Avant la décision de reporter la rencontre (d’abord au lendemain puis au 8 ou 9 décembre), Pablo Perez se préparait à quitter l’hôpital pour se rendre en catastrophe jusqu’au stade où il était toujours prévu comme titulaire. « Si le match avait dû se jouer, j'aurais dû être sur le terrain, même si je n'étais pas en condition de descendre sur le terrain ».


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club