En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Une finale de rêve

    CAN 2019

    Etranger

    CAN 2019

    Une finale de rêve

    19 juil. 2019

    > Sénégal - Algérie (21h)

     Qui pour succéder au Cameroun, vainqueur en 2017 ? Seule deux nations peuvent désormais y prétendre. Le Sénégal entrainé par Aliou Cissé et l’Algérie de Djamel Belmadi. Analyse des forces et faiblesses des protagonistes.

    Ce n’est pas si surprenant de retrouver sénégalais et algérien au rendez-vous de cette finale, tant ces deux équipes étaient évoquées comme favori avant même le début de la compétition.

    Cette finale au stade international du Caire promet une opposition de style, entre un Sénégal très solide défensivement et l’Algérie qui marque en moyenne deux buts par match. Il faut également noter que ces deux équipes se sont déjà affrontées, c’était le 27 juin dernier. Les fennecs s’étaient imposés 1 à 0 (but de Belaili), mais cette rencontre était plus que viril puisque l’arbitre avais sifflé pas moins de 53 fautes, espérons un jeu moins haché ce soir.

     

     

    Deux entraineurs amis de longue date

    Au-delà du match de poule, un autre détail peut avoir son importance dans la préparation de la finale. Cissé et Belmadi tous deux né en mars 1976 ont grandi à Champigny sur marne avant d’intégrer lors de la saison 1992 1993 le centre de formation du PSG. Ils se retrouvent en 2001 lors d’un classico, Cissé sous les couleurs de la capitale, Belmadi pour l’OM.

    Nul doute que les deux hommes doivent mettre tout cela de côté afin de préparer au mieux cette finale et rendre fier tout un pays. Pour cela il faudra faire des choix.  

    Côté algérien le jeune Youcef Attal ne disputera pas cette rencontre lui qui souffre depuis le quart de finale face à la côte d’Ivoire d’une fracture de la clavicule a été remplacé pour la demi-finale face au Nigéria par Mehdi Zefanne qui devrais également jouer ce soir dans une composition pour le moins classique.

    Si l’Algérie doit déplorer l’absence d’Attal, pour le Sénégal c’est Kalidou Koulibaly qui manque à l’appel. Pièce maitresse de la défense, le napolitain n’est lui pas blessé mais suspendu pour cette finale après son carton jeune reçu face à la tunisie, action sur laquelle il a également concédé un penalty. C’est Sané qui devrait le remplacer.

    Cette absence de poids donne sur le papier un léger avantage aux fennecs qui bénéficient également d’un petit ascendant mental après la victoire en poule. Cela suffira-t-il pour décrocher un second titre continental après celui de 1990 ? Les Lions de la Teranga vont-ils enfin triompher après l’échec de 2002 en finale ? Réponse dans la soirée.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club