En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Ada Hegerberg : « en marquant 50 buts par saison, je place la barre vraiment haut »

    Interview

    Féminines

    Interview

    Ada Hegerberg : « en marquant 50 buts par saison, je place la barre vraiment haut »

    30 déc. 2018

    Entretien avec la première Ballon d'Or de l'histoire

    Au début du mois de décembre, la Lyonnaise Ada Hegerberg recevait le premier Ballon d’Or féminin, créé pour récompenser la meilleure joueuse du monde. La Norvégienne de 23 ans revient sur ce titre et son incroyable année 2018.

    Ada, que ressentez-vous après avoir reçu ce Ballon d'Or ? 


    C'est d'abord une immense fierté. Ce n'est pas souvent que j'utilise le terme "fierté" mais, cette fois, il est approprié. J'ai envie de dédier ce trophée au club car c'est historique et fantastique ce qu'on vit depuis plusieurs années. Petite, je rêvais de gagner des titres. Avoir en plus la chance de gagner le Ballon d'Or, je ne trouve pas de mot…

    Qu'est-ce que cela représente d'être la première femme récompensée de la sorte ?

    C'est historique. C'était une grande soirée pour le football féminin, un grand pas en avant. Chaque fille qui joue au foot et qui a regardé la cérémonie du Ballon d'Or a dû être inspirée par cela. En tout cas, si j'avais 16 ans, cela aurait été mon cas. On est en 2018, en avant l'égalité ! Personnellement, être la première est un sentiment très fort que j'apprécie beaucoup.

    En Norvège, il paraît qu'on ne parle que de ça.

    Oui. Cela me réchauffe le cœur car c'est mon pays. Bien sûr qu'en Norvège, on est fort au ski, c'est un peu étonnant qu'une Norvégienne gagne le Ballon d'Or (sourire).

    Pouvez-nous raconter comment vous avez appris la nouvelle et ce que vous avez ressenti à cet instant ? 


    C'est Olivier Blanc (le directeur de la communication de l'OL, Ndlr) qui me l'a appris. Il m'a demandé si je pouvais garder un secret et je lui ai répondu : "Quand même, tu me fais confiance ?" Il m'a alors annoncé la nouvelle… Nous étions émus, c'était un moment particulier, il y a eu un peu de larmes aux yeux.

    « Je travaille dur pour m'améliorer »

    Vous espérez déjà en gagner d'autres ? 


    (Rires) Déjà, je vais savourer celui-ci ! De plus en plus, je vis dans l'instant présent. Pour l'avenir, il faut continuer de travailler dur et on verra bien.

    Quel regard portez-vous sur votre année 2018 ?

    Déjà, j'ai vécu trois années magnifiques avec l'OL en gagnant trois Ligues des Champions d'affilée. En marquant 50 buts par saison, je place la barre vraiment haute. Je travaille dur pour développer mon jeu et pour inscrire le plus de buts possible.

    Que pouvez-vous encore améliorer dans votre jeu ?

    C'est une bonne question. C'est une histoire de détails, je dois chaque jour gagner un petit pourcentage pour progresser. Je ne suis pas focalisée sur mon nombre de buts, c'est aussi une question collective : je dépends des autres et vice-versa. Il y a donc une cohésion de groupe sur laquelle il faut continuellement travailler.

    Vous avez renoncé à la sélection norvégienne. N'est-ce pas dommage que le Ballon d'Or ne joue pas la prochaine Coupe du monde en France ?

    Ce n'est pas normal, mais je reste confiante en ma décision prise l'an dernier. Peut-être que je ne serais pas Ballon d'Or si je ne l'avais pas prise. Pour moi, c'était la seule décision possible pour continuer au plus haut niveau. Normalement, cela ne se fait pas, mais j'étais obligée de le faire. Je me suis beaucoup expliquée par le passé là-dessus, j'ai donné mes raisons à la Fédération en expliquant ce qui n'était pas bon pour les femmes et les jeunes. J'ai été clair avec eux, je ne pouvais pas continuer. Il faut savoir garder ses valeurs pour rester soi-même.

    > Retrouvez la totalité de cette interview et toute l’actualité de l’Olympique Lyonnais (masculins et féminines) dans Le Foot Lyon, actuellement chez votre marchand de journaux.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club