En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Amel Majri, la polyvalence comme atout

    Coupe du monde féminine

    Féminines

    Coupe du monde féminine

    Amel Majri, la polyvalence comme atout

    19 mai 2019

    Portraits de Bleues 6/23

    Suite des portraits des 23 Bleues avec la défenseure de l’Olympique Lyonnais Amel Majri. Titulaire depuis plusieurs années en Bleue, c’est l’un des maillons forts de cette jeune équipe. Sa polyvalence qui lui permet de passer d’un poste de défenseur gauche à milieu offensif est une qualité peu commune qui en fait une titulaire en puissance partout où elle joue.

    Nouvelle saison, toujours la même qualité de performances. Titulaire à Lyon avec ses 18 rencontres disputées lors de l’exercice 2018-2019, la joueuse de 26 ans prouve chaque saison son talent. Son palmarès avec les Gones est impressionnant : 7 coupes de France, 9 titres de championnes de France et 6 Ligues des Champions. Elle est de tous les exploits de son équipe. Et cette saison encore, Majri et ses coéquipières ont cartonné avec une coupe de France et un titre de championne de France. Elle a même remporté hier une nouvelle Ligue des Champions en battant Barcelone avec une large victoire 4 à 1 et une démonstration de la part des lyonnaises. Les qualités de la franco-tunisienne sont nombreuses : vitesse, dribbles, buteuse, qualité de passe. Son atout majeur est sa polyvalence. Défendre, attaquer, elle sait tout faire. Mais ce qu’elle préfère c’est son poste de milieu offensive qu’elle occupe cette saison à l’OL, « J’ai retrouvé mon poste favori. Le club attendait de moi que je sois décisive. Il fallait que je marque et que je fasse marquer pour justifier mon poste plus offensif », déclare-t-elle. Et avec ses 14 buts inscrits toutes compétitions confondues, son repositionnement est une très grande réussite.

    Des Minguettes à l’OL

    Née à Monastir en Tunisie, Majri arrive en France dans le quartier des Minguettes situé à Lyon à 1 an. Et c’est lors de ses vacances d’été qu’elle passe chaque année en Tunisie, que naît sa passion pour le football. En effet, là-bas, son oncle lui offre un ballon de foot et elle se met à jouer avec sa jumelle Rachida. De retour en France, elle passe tout son temps libre à jouer dans la rue avec les enfants du quartier. Elle s’inscrit finalement dans son premier club à 12 ans. Grâce à son talent, elle est très vite repérée par Lyon dont elle intègre le centre de formation à 14 ans. Après 3 ans en équipe C, elle connaît son premier match pro lors de la saison 2010-2011. Elle ne jouera que 4 matchs dans la saison. Mais sa progression lui permet de jouer un nombre de rencontres par saison de plus en plus important jusqu’à l’année de la révélation.

    En effet, en 2014-2015, la joueuse dispute 19 rencontres pour un total de 20 buts. Elle se révèle au grand public. L’année suivante est celle de la confirmation. Evoluant dans une défense à 5, elle joue 17 matchs pour un total de 4 buts et impressionne par son talent. Ses performances de hautes volées lui permettent de décrocher le prix de meilleure joueuse de D1 2016. Et depuis, cette joueuse de grande qualité est un des éléments majeurs de la réussite lyonnaise. Elle termine même 13ème du premier Ballon d’Or féminin France Football. C’est la deuxième française de ce classement derrière Amandine Henry (7ème).

    « Même gardienne je serais prête »

    En sélection nationale, Majri hésite à ses débuts entre la Tunisie et la France. Elle effectue même plusieurs sélections tunisiennes avec les U20. C’est finalement vers la France qu’elle se tourne. Elle a justifié sa décision de manière claire et pour qu’aucun amalgame ne soit fait, « Et ce n’est pas pour les raisons que certains évoquent souvent, les filles peuvent jouer au foot dans les pays maghrébins. Ce n’est pas si fermé, c’est juste qu’ils n’y sont jamais allés ». Si son choix s’est porté vers la France c’est parce que c’est là que Majri a passé la majeure partie de sa vie. C’est donc pour elle plus naturel de se tourner vers ce pays.

    Elle fait ses débuts avec les pros le 7 mai 2014, en match amical face à la Hongrie (victoire 4-0). Elle participe à la coupe du Monde l’année suivante en jouant deux matchs et aux JO de 2016 où elle marque 1 but et dispute 3 rencontres. Malheureusement, elle rate l’Euro 2017 suite à une blessure. Ses très bonnes performances en Bleue comme en club lui permettent de rapidement devenir titulaire indiscutable à son poste et de s’inscrire comme l’un des éléments forts de cette équipe tricolore. Elle comptabilise aujourd’hui 46 sélections. C’est donc tout naturellement qu’elle figure dans la liste des 23 de Diacre pour ce mondial. La joueuse n’évolue pas en position de milieu gauche comme à Lyon mais en défenseure gauche. Même si ce n’est pas son poste de prédilection, jouer pour les Bleues est le plus important pour elle, « Même dans ce système, je peux quand même montrer. Puis, c’est l’Equipe de France, j’ai envie de jouer. Même gardienne je serais prête », confie-t-elle. Une déclaration qui en dit long sur son état d’esprit.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club