En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Angleterre-Suède, un vrai match pour une médaille

    COUPE DU MONDE

    Féminines

    COUPE DU MONDE

    Angleterre-Suède, un vrai match pour une médaille

    6 juil. 2019

    > Angleterre - Suède (17h)

    Véritable "petite finale" plus que "consolante", le match pour la troisième place entre l'Angleterre et la Suède s'annonce très disputé.

    Battues respectivement par les Etats-Unis et les Pays-Bas en demi-finale, l’Angleterre et la Suède se retrouvent cette après-midi pour jouer le match pour la troisième place, régulièrement appelé « petite finale ».

    Alors que dans le passé, ce match entre déçus des demi-finales était très peu considéré et que cette rencontre était surnommée « la consolante », les choses ont évolué.

    Ainsi lors de la Coupe du Monde en Russie par exemple, on a vu l’Angleterre et la Belgique aligner toutes leurs stars pour ce match qui désigne le troisième, et surtout permet au vainqueur de terminer sa Coupe du Monde sur une victoire. « Cela nous était arrivé en 2011, se rappelait l’international française Corine Petit sur le plateau du Late Football Club, même si on peut avoir du mal à se remotiver, c’est mieux d’éviter de terminer sur deux défaites ». A l’époque, c’est déjà la Suède qui s’était imposée face aux Bleues.

    Dans les deux camps, on a clairement affiché son intention de gagner, et ce match qui permettra de repartir de France avec une médaille est pris très au sérieux.

    A 36 ans, la recordwoman de capes suédoise (136) Hedvig Lindahl annonce la couleur : «quoiqu’il arrive les gens sont fiers de nous, mais on veut se faire justice et gagner la médaille de bronze ». Dès la fin du match contre les Etats-Unis, marqué par un pénalty manqué en fin de match (qui aurait permis aux Anglaises de décrocher la prolongation), Phill Neville a également mis en avant la détermination de son équipe. « Je pense qu'on aura besoin de 24 à 48h pour se remettre de cette déception. (…) Samedi, je veux voir l'attitude, la concentration de mes joueuses et je suis sûr qu'elles ne me décevront pas comme toujours ».


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club