En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Bussaglia : « on se concentre sur nous-mêmes »

    Coupe du monde féminine

    Féminines

    Coupe du monde féminine

    Bussaglia : « on se concentre sur nous-mêmes »

    4 juin 2019

    Elisa BUSSAGLIA

    La pression monte autour des Bleues à trois jours du match d'ouverture de la Coupe du Monde contre la Corée du Sud. Après une grosse préparation, l'heure est aux derniers réglages, comme l'explique l'expérimentée Elise Bussaglia.

    72 heures avant le match d’ouverture contre la Corée du Sud (vendredi 7 juin, 21h au Parc des Princes), la pression monte autour de l’équipe de France féminine. Ce midi, Corinne Diacre et les Bleues ont notamment reçu la visite d’Emmanuel Macron, venu leur souhaiter bonne chance.

    Ensuite, c’est la Bleue la plus expérimentée (188 sélections) qui est venue en conférence de presse répondre aux questions des journalistes.

    Pour commencer, un petit mot sur la visiste d’Emmanuel Macron, comment l’avez-vous ressenti ?
    Ça s'est très bien passé, on était heureuse de pouvoir échanger quelques mots avec le président de la République. Il nous a souhaité bonne chance pour la compétition, il nous a dit de rester soudées, unies, de ne pas trop se mettre la pression. En tout cas, de convertir cette pression en quelque chose de positif. On a le même discours là-dessus, donc tout va bien.

    Il vous a demandé de gagner, c'est une pression supplémentaire ?
    Il nous a surtout demandé de ne pas avoir peur, d'avoir plus envie que les adversaires de remporter la Coupe.

    Il y a moins d’un an, les garçons étaient sacrés champions du Monde. Ce titre a encore une influence sur votre préparation ?
    Beaucoup de temps est passé depuis le mois de juillet de l’année dernière... On en a beaucoup parlé sur le moment, mais depuis, les choses ont pas mal évolué. Bien sûr, ce titre nous fait envie. On a envie d'être championnes du monde aussi, de marcher sur leurs traces, mais on sait que notre parcours sera certainement très différent du leur. On écrit notre histoire, on espère soulever la Coupe aussi à la fin de la compétition, mais ce titre des garçons, ce n'est pas quelque chose qui nous hante et dont on parle tous les jours…

    La préparation a été très intense… Vous l’avez bien digéré ?
    Ça va mieux… C'est vrai qu'on a beaucoup travaillé, on a puisé dans les organismes, la préparation a été longue, intense. Depuis quelques jours on sent qu’on récupère et on est de plus en plus prêtes. Tout a été fait pour arriver à 100% pour la Coupe du Monde. Aujourd’hui, c'est plus de l'affûtage, je pense que tout le monde sera prêt vendredi pour démarrer.

    Quel regard portez-vous sur votre premier adversaire, la Corée du Sud ?
    C'est une équipe qui peut nous poser des problèmes. C’est un premier match, elle voudra bien démarrer sa compétition aussi. C'est une équipe très hargneuse qui se bat sur tous les ballons, et qui a aussi des qualités techniques et qui va vouloir mettre en place son jeu. On va étudier un peu plus en détail leur jeu à la vidéo, mais il faut aussi qu'on se concentre sur nous-mêmes, parce que peut-être que le plus gros adversaire pour ce premier match c'est nous-mêmes.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club