En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Corinne Diacre : « si on ne va pas en finale, ce sera un échec »

    Coupe du monde féminine

    Féminines

    Coupe du monde féminine

    Corinne Diacre : « si on ne va pas en finale, ce sera un échec »

    3 mai 2019

    INTERVIEW

    La sélectionneuse de l’Equipe de France revient sur l’annonce de sa liste des 23 et notamment sur l’absence de Marie Antoinette Katoto, mais aussi Kheira Hamraoui qui va jouer la finale de la Ligue des Champions avec Barcelone.

    Un peu moins d’un mois avant le premier match des Bleus contre la Corée du Sud (7 juin au Parc des Princes), Corinne Diacre a lancé la Coupe du Monde hier soir en annonçant sa liste des 23 joueuses retenues. Avec un choix déjà très commenté : celui de ne pas retenir Marie-Antoinette Katoto, plus grand espoir du foot français, meilleure buteuse du championnat, mais aussi très décevante en Bleue.

    Quelle a été votre réflexion qui a abouti à la mise à l’écart de marie-Antoinette Katoto ?
    Ce choix fort a été mûrement réfléchi. Marie-Antoinette a un énorme potentiel. Tout le monde le sait, le voit. Il m'a manqué de la performance dans les grands rendez-vous. C'est la raison pour
    Son absence peut-elle avoir un impact fort dans le groupe ?
    La joueuse qui n'est pas d'accord peut venir me voir et me dire que ça ne lui convient pas, elle laissera sa place si c'est le cas. Les 23 qui ont été sélectionnées sont plutôt heureuses. Il y a des choix, le choix de la liste m'appartenait. Les joueuses aussi veulent être championnes du monde. Il faudra aller dans le même sens.

    « Katoto, cette non-sélection va lui faire du bien »

    Ne craignez-vous pas que cette décision ait un impact négatif sur sa carrière internationale ?
    Non, le recadrage (ndlr : en début d’année, Diacre avait fortement critiqué Katoto sur son attitude, notamment lors des entraînements) était ponctuel. Je n'ai eu aucun problème par la suite avec elle. Je pense plutôt que cette non-sélection va lui faire plus de bien que de mal. On le saura, mais bien plus tard. Elle a du talent mais aujourd'hui elle ne s'exprime pas à 100 %. Elle doit digérer la Coupe du monde des moins de 20 ans, c'est encore un poids pour elle.

    Vous sentez-vous soulagé d'avoir enfin livré votre liste ?
    Soulagée, non. Ces derniers jours ont été longs et les nuits très courtes (sourire). On va reprendre le terrain la semaine prochaine, c'est ce pourquoi on aime être entraîneur. Je ne suis pas plus impatiente que ça. Il nous reste du temps pour bien préparer les premiers matchs.

    Une des autre absentes de marque est Kheira Hamraoui, qui va jouer la finale de la Ligue des Champions avec Barcelone, pour quelle raison n’est-elle pas dans cette liste ?
    Son profil, je le connais, elle est internationale depuis un moment. J'ai simplement choisi Maéva Clémaron à sa place pour un équilibre d'équipe.

    Kenza Dali en revanche, c’est une question de forme physique…
    Elle a été longtemps blessé… Il n'y a jamais de blessure qui tombe bien. Mais elle a été blessée en mars et en avril, lors des deux derniers rassemblements. Elle fait partie de la liste complémentaire. Il faut surtout qu'elle continue à travailler, elle revient tout juste.

    Comme Deschamps l’année dernière, vous avez eu droit au journal de 20h pour annoncer votre liste. Que pensez-vous de l'agitation médiatique autour des Bleues et de cette Coupe du monde ?
    Aujourd'hui, on ne va pas se plaindre d'avoir une salle comble ou de passer au 20 heures. C'est moi qui suis là, mais si ça avait été quelqu'un d'autre, ça aurait été aussi génial. C'est bien mais pour nous, le , ce sera un titre. On en est vraiment consciente.

    Quel est l'objectif minimum qui vous a été fixé dans cette compétition ?
    Le président m'a fixé comme objectif d'aller en finale. C'est le contrat qui était convenu entre lui et moi depuis le départ. Quand j'ai pris l'équipe de France, les choses étaient assez claires, en tout cas pour moi, si on n’allait pas en finale, ce serait vraiment un échec. Cette compétition est chez nous. On a bien travaillé, l'idée est de mettre en place tout ce travaille le jour J. L'objectif est élevé et excitant, mais ça ne me fait pas peur. J'en aurais rêvé en tant que joueuse et les joueuses ont le même objectif que moi.

    > La liste des 23 pour la Coupe du Monde

    Gardiennes : Sarah Bouhaddi (OL, 139 sélections/O but), Solène Durand (Guingamp, 0 sélection/0 but), Pauline Peyraud-Magnin (Arsenal, 1 sélection/0 but)
     Défenseures : Julie Debever (Guingamp, 2 sélections/O but), Sakina Karchaoui (Montpellier, 23 sélections/0 but), Amel Majri (OL, 46 sélections/4 buts), Griedge Mbock Bathy (OL, 49 sélections/5 buts), Eve Périsset (PSG, 13 sélections/0 but), Wendie Renard (OL, 108 sélections/20 buts), Marion Torrent (Montpellier, 20 sélections/0but), Aïssatou Tounkara (Atlético de Madrid, 11 sélections/0 but)
    Milieux : Charlotte Bilbault (Paris FC, 14 sélections/1 but), Elise Bussaglia (Dijon, 186 sélections/29 buts), Grace Geyoro (PSG, 20 sélections/1 but), Amandine Henry (OL, 83 sélections/11 buts), Maeva Clémaron (FC Fleury 91, 3 sélections/1 but), Gaëtane Thiney (Paris FC, 154 sélections/58 buts)
    Attaquantes : Viviane Asseyi (Bordeaux, 30 sélections/5 buts), Delphine Cascarino (OL, 11 sélections/3buts), Kadidiatou Diani (PSG, 45 sélections/7 buts), Valérie Gauvin (Montpellier, 17 sélections/9 buts), Emelyne Laurent (Guingamp, 3 sélections/O but), Eugénie Le Sommer (OL, 159 sélections/74 buts)


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club