En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Corinne Diacre : « un groupe serein, travailleur… et déconneur »

    COUPE DU MONDE

    Féminines

    COUPE DU MONDE

    Corinne Diacre : « un groupe serein, travailleur… et déconneur »

    22 juin 2019

    > France - Brésil (dimanche, 21h)

    A la veille du huitième de finale face au Brésil, Corinne Diacre est apparue très concentrée sur le match de dimanche soir. A travers le discours de la sélectionneur, on a bien senti que la pression commence à se faire de plus en plus ressentir. Ce qui est logique avant de jouer un match à élimination directe…

    Quel est votre état d’esprit avant ce match contre le Brésil ?

    On se concentre sur ce match-là avec sérénité. Une nouvelle compétition démarre, avec un vainqueur et un perdant à la fin de cette rencontre (…) Je trouve mon groupe toujours aussi serein, toujours aussi travailleur et déconneur. on a eu l'avantage d'avoir un jour de récupération en plus, ça nous a fait du bien, maintenant un match couperet nous attend, c'est ce qui fait le charme d'une Coupe du monde. Mais si on pense à l'élimination c'est compliqué. L'idée est de ne pas avoir de regrets (…) Si le Brésil n'a fini que troisième de son groupe, et si ses stars sont vieillissantes, la rencontre ne s'annonce pas aisée pour autant.

    Vous avez conscience que tout peut s’arrêter dimanche soir…

    On a l'ambition d'aller plus loin, d'aller vers la finale, mais l'ambition ne fait pas gagner. On a d'abord ce huitième à jouer, et si on ne gagne pas on rentre à la maison, c'est la loi du sport.

    Envisagez-vous de changer quelque chose par rapport aux derniers matchs, pour être plus efficaces offensivement ?

    On a évolué dans le même système de jeu, on a fait trois prestations différentes, on essaye de rectifier ce qui n'a pas bien marché, notamment d'un point de vue offensif. Après l'idée sera plutôt d'animer le système, que le système en lui-même. Et il nous faudra retrouver cette efficacité offensive fait nous fait défaut. Ce manque d'efficacité est certain, maintenant on a gagné trois matchs et on a réussi l'essentiel: mettre un but de plus que l'adversaire. Si c'est comme ça jusqu'à la fin et qu'on gagne je m'en contenterai mais on travaille dessus pour essayer de s'améliorer.

    « Le Stade Océane nous réussit, pourvu que ça dure »

    Demain encore vous pourrez compter sur le soutien de out un pays. Vous ressentez cet engouement populaire autour des Bleues ?

    On voit que dès que l'on sort de l'hôtel, dès qu'on va à l'entrainement, il y a de la ferveur, beaucoup plus qu'il y a quelques mois. Quand on voit les audiences on se surprend nous-mêmes, mais ça ne nous met pas de pression supplémentaire, au contraire. Les gens qui nous suivent prennent du plaisir, ils aiment la fraîcheur que l'équipe dégage. Mais on reste concentrées sur la performance.

    On sent effectivement tout le groupe très concentré…

    Pas de terrasse, pas de jardin ici, donc notre quotidien c'est chambre d'hôtel plus entraînement... On est dans notre bulle, l'hôtel nous le permet vraiment très bien. Le stade Océane nous a réussi par le passé, il faudrait que ça dure.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club