En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    France - Etats-Unis, tout ou rien

    HUMEUR

    Féminines

    HUMEUR

    France - Etats-Unis, tout ou rien

    28 juin 2019

    Par Stéphane Désenclos, rédacteur en chef

    Dans moins de trois heures, les Bleues seront dans la fournaise du Parc des Princes pour affronter les Etats-Unis en quart de finale de la Coupe du monde. Fournaise météo, comme partout en France, mais aussi sous la pression d’un match qui peut brûler nos illusions ou enflammer notre passion.

    Car soyons francs et n’ayons pas peur de dire tout haut ce que certains n’osent même pas penser : si la Coupe du Monde est une réussite en terme d’audience, que ce soit au niveau du taux de remplissage des stades, ou en matière de télévision (10 millions de personnes étaient devant leur poste pour suivre France-Brésil), en revanche, c’est encore loin d’être le succès attendu pour les Tricolores. Jeu approximatif (on compte les belles phases de jeu sur les doigts d’une main...), joueuses vedettes en dessous de leur niveau (Le Sommer en tête, mais aussi Renard, Thiney ou encore Majri pas vu beaucoup aux avant-postes…), profondeur de banc réduite à néant (on se souvient de la pauvre Bilbault au plus mal contre le Nigéria)…

    Si le mondial s’arrêtait ce soir, il ne faut pas avoir peur des mots : ce serait un échec. Au delà du fait de perdre face à la meilleure équipe du monde, ce qui bien sûr n’aura rien d’une contre-performance, c’est surtout l’image laissée par les Bleues sur le terrain qui transformera ce mondial en échec.

    L’absence de Katoto, mais aussi de solutions performantes au milieu (pour remplacer Bussaglia et Thiney) ou en défense (Renard n’est pas apparue au meilleur de sa forme)… On ne manquera pas d’en débattre si la France prend la porte.

    On parlera aussi sans doute de cet objectif très tôt annoncé : aller en finale, alors que l’on savait que les stars américaines seraient au Parc ce soir. Et tenez : je vous file mon billet que l’on parlera aussi de ce qui est présenté comme un atout pour les Bleues : le fait que Diacre aligne régulièrement 7 Lyonnaises à chaque début de match. Des Lyonnaises qui sont tout simplement les footballeuses européennes qui ont le plus joué cette saison…

    Mais comme on est optimiste, nous, on voit les Bleues battre les Américaines. Peut-être aux tirs au but, mais les battre. On voit Eugénire revenir au sommet, Renard de nouveau marquer dans le bon camp, Thiney faire taire les mauvaises langues et Diani continuer de nous faire rêver.

    Alors on parlera avec plaisir des choix judicieux de Diacre, qui a eu raison de laisser Katoto à la maison, pour éviter des malaises au sein du groupe ; qui fait confiance à l’ossature de l’OL et qui compte sur les expérimentées Bussaglia et Thiney pour conduire son équipe vers la victoire. On se félicitera aussi des ambitions affichées par le président Le Graët qui trahit Pierre de Coubertin et son fameux « l’important c’est de participer ». On est Français.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club