En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Griedge M’bock, un palmarès de grande classe

    Coupe du monde féminine

    Féminines

    Coupe du monde féminine

    Griedge M’bock, un palmarès de grande classe

    20 mai 2019

    Portraits de Bleues 7/23

    Suite de notre série de portraits des 23 Bleus pour la Coupe du Monde avec la défenseure Griedge M’bock Bathy Nka. A 23 ans, la joueuse fait partie de cette jeunesse talentueuse des tricolores. Croulant déjà sous les trophées, la Coupe du Monde est son nouvel objectif.

    Et de 4… à seulement 23 ans, Griedge M’Bock vient déjà de remporter sa quatrième Ligue des Champions d’affilée avec son club de Lyon en battant haut la main ce samedi les barcelonaises (victoire 4-1). C’est la 6ème Ligue des Champions remportée par le club en 9 ans . Tout simplement impressionnant. Titulaire lors de ce match de rêve, Griedge M’Bock, aux côtés de ses camarades de défense, n’a pas vraiment laissé l’opportunité aux attaquantes barcelonaises de faire trembler les filets grâce à une performance impeccable. Ce titre s’ajoute en 2019 à celui de championne de France et gagnante de la Coupe de France.

    Titulaire en puissance cette saison avec 16 matchs de championnat à son actif, la joueuse n’est pas indifférente aux victoires de son équipe. En effet, sa vitesse et son côté physique, alliés à une belle qualité de relance, en fait une des meilleures défenseures de D1 cette saison. Performances qui lui permettent de déjà remporter son 4ème championnat, sa 3ème coupe de France et depuis peu sa 4ème Ligue des Champions au sein de l’effectif lyonnais.

    Triple meilleure espoir de D1

    La native de Brest commence le foot très jeune avec son frère dans le club de son village. Elle intègre par la suite le club de l’AS brestoise dans une section 100 % féminine. Détail amusant, elle est très surprise lorsqu’elle intègre cette section pensant que les équipes de foot étaient mixtes, « Quand j’étais petite, je ne savais même pas que le foot féminin existait, explique-t-elle à l’Equipe. Je pensais que quand on allait en équipe de France, c’était les filles et les garçons ensemble ». C’est dans ce club qu’elle est repérée par Saint-Brieuc rebaptisé un an plus tard l’EA Guingamp.

    Elle intègre le club de D1 féminine en 2010 et y joue son premier match pro lors de cette même année. Sa première saison au haut niveau est un succès avec 17 rencontres disputées. Dès son arrivée, elle se démarque comme l’une des futures grandes du football. Elle est logiquement sacrée meilleure espoir de D1 deux années consécutives en 2013 et 2014. Ses très bonnes performances durant ces 5 années guingampaises, attirent l’attention du grand club de Lyon. Elle s’y engage en 2014 et devient le transfert le plus cher de l’histoire du football féminin à hauteur de 100 000 euros. Dès sa première saison dans la capitale des Gaules, son talent lui permet de se faire une place dans l’effectif avec 20 rencontres disputées. Elle sera à nouveau élue meilleure espoir de D1 en 2016. Et depuis 4 ans à Lyon, elle s’impose un peu plus chaque jour comme une titulaire indiscutable. Sa performance vendredi en Ligue des Champions ne fait que conforter sa position.

    Un palmarès impressionnant

    En Equipe de France également, son palmarès fait rêver. Elle est appelée très rapidement en sélection jeune de l’Equipe de France, dès les U17. La défenseure remporte avec ses coéquipières tricolores la Coupe du Monde des moins de 17 ans. Brillante lors de cette campagne, elle est sacrée ballon d’or de la compétition. Et son parcours ne s’arrête pas là. L’année suivante, en U19, les Bleues remportent les championnats d’Europe. Preuve de son importance au sein de l’équipe, M’Bock est la capitaine de cette génération dorée. En 2014, lors de la coupe du monde U20, les tricolores vont jusqu’en demi-finale. A nouveau, la lyonnaise remporte un trophée individuel, celui de ballon d’argent. Sa réaction sur cette récompense est révélatrice de sa mentalité, « Ca fait plaisir mais j’aurais préféré de pas avoir le titre individuel et remporter la coupe du Monde ». Le collectif avant sa propre victoire, belle vision du sport.

    Après ces incroyables épopées, la joueuse est sans surprise convoquée avec l’Equipe de France A dès 2013 lors d’un match des éliminatoires de la Coupe du Monde 2015 face à la Bulgarie. Elle a alors seulement 18 ans. Elle sera des 23 lors de cette coupe du Monde deux ans plus tard. Une précocité évidente au regard de ses prestations de très grandes qualités. Très rapidement, son nombre de sélections grimpe et la défenseure devient titulaire à son poste. Ses 43 sélections à seulement 23 ans parlent d’elles-mêmes. Remporter la Coupe du Monde serait pour elle l’occasion d’ajouter à sa collection de trophées déjà bien remplie le graal dont tout joueur de foot rêve.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club