En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Les 10 images fortes de la Coupe du Monde

    COUPE DU MONDE

    Féminines

    COUPE DU MONDE

    Les 10 images fortes de la Coupe du Monde

    8 juil. 2019

    BILAN (de 1 à 5)

    Voilà, c'est fini. Après un mois intense, autant sportivement qu'émotionnellement, la Coupe du Monde féminine s'est terminée hier par la victoire attendue des Etats-Unis. Retour sur les 10 images fortes qui resteront. Première partie : de 1 à 5.

    Imbattables

    Les Américaines sont venues pour gagner, elles sont reparties avec la Coupe. En 8 éditions de la Coupe du Monde depuis sa création (en 1991), les Américaines ont gagné 4 fois, perdu une finale et perdu deux fois en demi. Un palmarès exceptionnel qui situe la sélection US dans la hiérarchie mondiale. Elles étaient attendues, elles n’ont pas déçu.

    Une popularité sans précédent

    Un taux de remplissage des stades de 80%, des ambiances familiales, un engouement médiatique sans précédent (10 millions de téléspectateurs pour France - Etats-Unis, plus de 5 millions pour la finale)… La Coupe du Monde aura connu un succès populaire au delà de toutes les espérances.

    Bien sûr, tout n’a pas été parfait, mais le foot pratiqué par les femmes a réussi à se faire une place dans le coeur des Français et chez les passionnés de foot. Une grande victoire obtenue par les Françaises, mais pas seulement. Le mouvement dépasse les frontières.

    La reine Rapinoe

    La capitaine des Etats-Unis a du caractère, en dehors et sur le terrain. L’Américaine passée par Lyon il y a quelques années, n’a pas sa langue dans sa poche quand il s’agit de dénoncer les discriminations dans son pays ou dans le monde. Mais elle n’a pas ses pieds dans sa poche non plus quand il faut faire gagner les USA. Meilleure buteuse (avec Morgan et White), elle a logiquement été élue meilleure joueuse du tournoi. Nous, on est tombé sous le charme de cette grande dame.

    La fraîcheur des Pays-Bas

    Il y a dix ans, les Pays-Bas n’existaient pas sur l’échiquier international. En 2015, les Oranje participaient à leur première Coupe du Monde, en 2017, elles remportaient le Championnat d’Europe chez elles. Et aujourd’hui, après avoir dû passer par les barrages pour venir en France (contre la Suisse), elles étaient en finale. Pendant une heure, Mediema et ses partenaires ont même très bien résisté aux Américaines avant de craquer sur un penalty difficile à digérer. On retiendra l’enthousiasme et la joie des Hollandaises qui nous ont épaté.

    La VAR : qui peut le plus peut le moins…

    On l’a beaucoup vu dans cette Coupe du Monde. Peut-être un peu trop au goût de certains… Mais parfois aussi, comme en fin de match entre la France et les Etats-Unis, on aurait aimé la voir un peu plus pour sanctionner la main de l’Américaine sur le centre de Majri. La VAR aura eu un rôle capital dans la compétition, créant au passage de nouvelles polémiques. Avec notre message : s’il vous plait messieurs les commentateurs, arrêtez de remettre systématiquement en question les décisions appliquées par la VAR… Il y a déjà 3 ou 4 spécialistes qui ont regardé les images sous toutes les coutures…


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club