En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Les 3 Bleues qu’on regrette de ne pas avoir vu pendant la Coupe du Monde

    COUPE DU MONDE

    Féminines

    COUPE DU MONDE

    Les 3 Bleues qu’on regrette de ne pas avoir vu pendant la Coupe du Monde

    29 juin 2019

    Bilan

    Facile à dire après... Mais on a le sentiment qu'avec la vraie Le Sommer, une Geyoro (photo) plus utilisée et une Katoto dans le groupe, la France aurait pu faire mieux...

    Eugénie Le Sommer, parce que la vraie est indispensable

    Au cours de ses 3 dernières saisons avec Lyon, Eugénie Le Sommer a inscrit 50 buts en 57 matchs de championnat, remporté 3 Ligue des Champions, 3 titres de championne et 2 Coupes de France. Pendant le même temps, avec les Bleues, la Lyonnaise a marqué 18 buts en 33 sélections. Très attendu dans cette Coupe du Monde, elle n’a marqué que deux petits buts. Un contre de faibles coréennes et un sur penalty face à la Norvège. Elle a aussi délivré une passe décisive à Henry face à la Corée. C’est peu, beaucoup trop peu pour espérer aller loin dans la Coupe du Monde, surtout quand on croise les Etats-Unis sur sa route. Trop peu entreprenante, trop maladroite dans le dernier geste, Eugénie a souvent fait le mauvais choix, à l’image de sa frappe petit filet face aux Américaines.

     

    Onema Grace Geyoro, parce qu'elle est bourrée de talent

    La jeune joueuse du PSG (elle fêtera ses 22 ans le 2 juillet), s’est contentée d’être une sorte de doublure de Gaëtane Thiney. Résultat : 13 minutes passées sur le terrain en comptant le temps additionnel. 8 contre la Corée et 5 contre le Nigéria. On est nombreux à penser que la milieu de terrain originaire de la République Démocratique du Congo méritait mieux. Proche des attaquantes ou un peu plus bas, la jeune joueuse, qui n’avait que 20 sélections au début du mois de mai, aurait pu peut-être dynamiser un peu le jeu des Tricolores en manque d'inspiration. Chose que seule Amandine Henry a été en mesure de faire au milieu de terrain. Mais la Parisienne n’a jamais eu la confiance de Diacre qui, même durant les matchs de préparation ne lui a donné que très peu de temps de jeu.

     

     

    Marie-Antoinette Katoto pour dynamiser l'attaque

    Les absents (en l’occurrence « absentes »…) n’ont pas toujours tort. En choisissant de se passer de la meilleure buteuses de Première Division, Corinne Diacre savait qu’elle s’exposait à des critiques si l’attaque des Bleues n’était pas performante. Il faut dire que malgré ses 18 buts en 17 rencontres de championnat, la jeune parisienne, présentée comme une surdouée, n’a jamais véritablement confirmé en Bleue. Mais on ne peut s’empêcher de penser qu’il y a un début à tout. Et surtout, que Diacre n’a finalement jamais eu véritablement envie de l’intégrer dans son schéma de jeu…

    Quoi qu’il en soit, on ne saura jamais ce que la native de Colombes aurait peu apporter aux Bleues. Pas sûr qu’elle ait pu aider la France à venir à bout des Etats-Unis. Mais pas sûr non plus que dans ce quart de finale, elle n’ait pas fait mieux que Valérie Gauvin et Eugénie Le Sommer…


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club