En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    L’Italie, révélation de la Coupe du Monde

    COUPE DU MONDE

    Féminines

    COUPE DU MONDE

    L’Italie, révélation de la Coupe du Monde

    18 juin 2019

    > Brésil - Italie (21h)

    Comme pour la France, l’Italie est déjà qualifiée pour les huitièmes de finale du mondial avant même son dernier match face au Brésil ce soir à 21h. Une superbe performance pour cette équipe qui est bel et bien la révélation de ce mondial. Cette qualification est dans la continuité de l’essor du football féminin entamé depuis 2015 en Italie, après des années de délaissement.

    Deux victoires en deux matchs et 6 points enregistrés. Personne de s’attendait à ce résultat de la part des italiennes. Et pourtant, elles ont fait une entrée remarquée le 9 juin dernier en l’emportant 2 à 1 face à l’Australie (6e nation au classement FIFA) lors de leur premier match de poule. Elles ont ensuite continué sur leur lancée avec une victoire écrasante face la Jamaïque 5 à 0 ponctuée d’un triplé de la joueuse de la Juve, Girelli, et d’un doublé de Galli rentrée en cours de partie. Ces deux succès leurs permettent ainsi de poursuivre l’aventure en huitièmes de finale, une joie pour la sélectionneuse Milena Bertolini, « Une joie pure, incroyable. On n’aurait jamais imaginé ça possible ». Cette qualification leur permet d’aborder ce dernier match de poule face au Brésil de manière plus sereine. Après des années de disette, le football italien semble plus que jamais reprendre des couleurs.

    De superbes années 1980-1990

    La sélection nationale italienne féminine est en effet une des pionnières du football féminin. Elle connaît son apogée lors des années 1980-1990, à l’aube de la féminisation de ce sport. Dans les années 1980 justement, la Nazionale remporte à trois reprises ce que l’on pourrait appeler l’ancêtre de la Coupe du Monde moderne, à savoir le « Mundialito ». En 1991, lors du premier mondial féminin tel qu’on le connaît, l’Italie atteint les quarts de finale, son meilleur résultat jusqu’à aujourd’hui. En 1999, leur parcours prend fin en poule. Puis plus rien. De longues années d’absence jusqu’à ce mondial 2019 qui voit se révéler cette équipe.

    Le renouveau depuis 2015

    Côté club, tout s’est accéléré en 2015. En effet, cette année-là, la fédération italienne a décidé d’obliger les clubs de Serie A à créer une section féminine. C’est du côté de la Fiorentina que cette première section voit le jour. Elle est suivie deux ans plus tard par la Juventus qui rachète le club féminin de Cunéo. Puis en 2018, l’AC Milan et l’AS Rome font de même respectivement avec Brescia et Res Roma. L’année prochaine, c’est l’Inter Milan qui verra ses féminines intégrer la D1 italienne, championnat constitué aujourd’hui de 12 équipes.

    Et depuis cette saison 2018-2019, les choses se sont encore accélérées avec un championnat organisé pour la première fois par la fédération italienne qui prend ainsi de plus en plus les choses en main pour le développement du football féminin. Le championnat a d’ailleurs connu son record d’affluence en mars dernier lors du match Juventus-Fiorentina, opposant ainsi le premier face au second du classement. Ce sont plus 39 0000 spectateurs qui ont assisté à cette rencontre gratuite, une affluence incroyable. Preuve que petit à petit, les mentalités évoluent.

    Des progrès mais encore du chemin à parcourir

    Pour cette Coupe du Monde, les chaînes de télévision italiennes Sky et Rai ont décidé de diffuser pour la première fois les matchs de la « Squadra Azzura femminile ». Leur premier match a été suivi par 3,5 millions de téléspectateurs soit 23 % de part d’audience et 2,9 millions pour le second. Un bon score encore loin cependant du succès de l’équipe masculine. Cette retransmission télévisée est pour ces femmes l’occasion également d’inciter les petites filles à pratiquer ce sport, « Cette équipe doit être un modèle de référence pour les filles et leur avenir » a déclaré la sélectionneuse. Il y a en effet seulement 24 000 licenciées en Italie contre 184 000 en France et plus d’un million pour l’Allemagne.

    Malgré les évolutions entamées, le championnat italien est loin d’être professionnel et la majorité des joueuses de la sélection évoluent dans cette D1 italienne. Elles ont donc peu d’expérience du haut niveau et risquent de vivre des huitièmes de finale compliqués. Mais ces italiennes ont une motivation sans faille pour représenter leur pays avec fierté et promouvoir le football féminin dans toute l’Italie. Peuvent-elles à nouveau créer l’exploit lors de ce très attendu huitième de finale ?


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club