En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Viviane Asseyi : « l’important, c’est le collectif »

    COUPE DU MONDE

    Féminines

    COUPE DU MONDE

    Viviane Asseyi : « l’important, c’est le collectif »

    20 juin 2019

    Seule bonne nouvelle du match contre le Nigéria, Viviane Asseyi pourrait prétendre à une place de titulaire en huitième dimanche au Havre. Mais la joueuse de Montpellier, qui a grandi en Normandie, préfère mettre en avant le collectif.

    Née en Normandie, Viviane Asseyi a grandi dans la région de Rouen où elle a brillé en 2ème division avant de partir à Montpellier à l’âge de 16 ans. Pour elle sans doute plus que pour les autres, le fait de jouer le huitième de finale au Havre, devant toute sa famille, provoque un sentiment de fierté. «  Pour moi, c’est une grande fierté de disputer la Coupe du monde en France. Et savoir qu’on va jouer un huitième de finale en Normandie, c'est encore mieux. Le Havre, on y avait joué contre les Etats-Unis. Le stade était rempli et à fond derrière l'équipe ». L’attaquante de Montpellier, très en vue lors du match contre le Nigéria (durant lequel elle a été quasiment la seule à se montrer à son avantage), mériterait même de débuter lors du premier match à élimination directe. « Bien sûr que j’ai envie de jouer, mais comme toutes mes coéquipières », lâche-t-elle. « Le plus important, c’est le collectif », insiste la Française d’origine gabonaise qui balaye les critiques qui ont suivi la pâle prestation des Bleues pour leur troisième match. « On a gagné, c'est ce que l'on voulait. Même si on n'a pas tout fait parfaitement, l'essentiel est d'avoir pris les trois points et d'avoir terminé premières du groupe. Notre futur, c'est le huitième de finale et on est vraiment concentrées là-dessus.»

    Le huitième justement, il pourrait proposer une affiche France-Brésil qui fait peur autant qu’elle fait saliver. « Quand on me dit France-Brésil, je pense à 1998. Ça peut être une belle affiche, mais on n'est pas encore certaines que ce soit-elles*. On reste concentrées sur notre travail.»

    *Selon les résultats de la Nouvelle-Zélande et du Chili, les Bleus sauront ce soir s’ils affrontent le Brésil, la Nouvelle-Zélande ou le Chili.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club