En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Wendie Renard, joueuse emblématique

    EQUIPE DE FRANCE

    Féminines

    EQUIPE DE FRANCE

    Wendie Renard, joueuse emblématique

    22 mai 2019

    Portraits de Bleues 9/23

    Suite de notre série de portraits des 23 Bleues pour la Coupe du avec la défenseure emblématique de l’Equipe de France, Wendie Renard. Que ce soit avec les tricolores ou en club avec Lyon, elle s’inscrit depuis de nombreuses années comme l’une des meilleures défenseures au monde.

    13...C’est déjà la 13ème saison au haut niveau de la joueuse avec Lyon à seulement 28 ans. Un parcours tout simplement incroyable. Fraîchement vainqueur de la Ligue des Champions avec Lyon, c’est la troisième fois de sa carrière qu’elle réalise le triplé championnat de France, Coupe de France et Ligue des Champions en une saison, une statistique impressionnante. Titulaire indiscutable encore cette saison à l’OL avec 17 matchs de championnat joués, elle est de toutes les victoires lyonnaise y contribuant fortement. Elément loin d’être commun, Wendie marque beaucoup de buts. Le « Renard des surfaces » comme on l’appelle a par exemple atteint cette saison les 8 buts en championnat. Et le 12 avril 2019 face au PSG, elle marquait le 100ème but de sa carrière avec Lyon, une joie emprunte d’humilité pour elle, « C’est beau. C’est une fierté. Je sais ce que ce club m’a apporté mais ça reste secondaire ».

    Toute une carrière à Lyon

    La native de Schoelcher en Martinique commence le foot dès ses 7 ans. Elle quitte son île natale à 16 ans pour tenter de faire carrière en métropole. Malheureusement, elle échoue au concours d’entrée du centre national de formation et d’entraînement de Clairefontaine. Mais elle est repérée là-bas par l’entraîneur de l’OL Farid Bentisti et le président Aulas qui décide de l’attirer dans la « capitale des Gaules ». Dès son arrivée lors de la saison 2006-2007, elle intègre l’effectif pro et joue son premier match à 17 ans à peine. Elle participera à 2 matchs lors de cet exercice. La saison suivante est celle de son adaptation. Puis, à partir de septembre 2008, c’est la révélation. Elle dispute 20 matchs de championnat et devient titulaire à son poste. Depuis, elle enchaîne les performances de très très haut niveau et est l’une si ce n’est la meilleure défenseure au monde. Preuve en est, elle a terminé à la 7ème place du premier Ballon d’Or féminin. C’est la première française du classement.

    Un palmarès vierge en Bleue

    Elle connaît ses premières sélections en Equipe de France en 2007 avec les U19. Elle participe ainsi aux championnats d’Europe. L’année suivante c’est la coupe du Monde des moins de 20 ans qu’elle dispute. Les tricolores termineront au pied du podium. Ses performances lui permettent d’être appelée en Equipe A dès 2011. Elle y connaît sa première sélection face à Chypre (victoire française 2-0). En 2012, elle fait partie de la liste pour les Jeux Olympiques de Londres où la France terminera 4ème. Peu à peu, le talent de la joueuse et son leadership lui permettent de devenir une titulaire indiscutable à son poste et d’obtenir le brassard de capitaine en 2013. C’est en tant que porte étendard du talent des Bleues qu’elle se présente à la Coupe du Monde 2015 où l’aventure prendra fin en quarts de finale face à l’Allemagne (défaite 1-1 ap, 5-4 t.a.b).

    Une perte de brassard difficile

    L’arrivée de Corinne Diacre en 2017 à la tête de la sélection française va changer la donne pour Renard. En effet, la sélectionneuse décide de lui retirer le brassard de capitaine. Comme elle l’avait justifié, ce capitanat lui dessert au niveau de ses performances individuelles, « (…) se recentrer sur ses prestations individuelles. Elle s’occupait beaucoup trop des autres et pas assez d’elle et de ses performances ». Un événement que Wendie a très mal vécu. Ce n’est que des jours plus tard qu’elle s’est exprimée sur le sujet. Elle était remontée contre Diacre notamment sur la manière dont les choses se sont produites, « Quand un nouvel entraîneur arrive, il peut changer. Mais on est des êtres humains, il faut respecter ce qui s’est passé. Il y a des formes à prendre ». Remise de cette désillusion, la joueuse a continué à éclabousser les terrains de son talent notamment grâce à sa qualité technique. Ses 108 sélections en témoignent. La Coupe du Monde 2019 est pour la défenseure le trophée ultime à atteindre, elle qui a déjà tant gagné.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club