En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    YES WE CAN !

    COUPE DU MONDE

    Féminines

    COUPE DU MONDE

    YES WE CAN !

    28 juin 2019

    > France - Etats-Unis (21h)

    Ce match était évoqué avant même le début de la compétition. Ce France-USA est l’affiche des ces quarts de finale si ce n’est de ce mondial. Si les Bleues parviennent à élever leur niveau de jeu, elles sont capables de créer l'exploit et de continuer à faire rêver tout un pays qui pousse désormais derrière elle.

    Ce France-USA, sur toutes les lèvres depuis le début du mondial aura bien lieu. Un choc entre le pays hôte et les championnes du monde en titre, que rêver de mieux. C’est devant 48 000 supporters d’un Parc des Princes bouillonnant tant par l’ambiance attendue que par la chaleur annoncée que la rencontre se déroulera ce soir. C’est à peine si les huitièmes de finale étaient évoqués tant ce France-USA semblait acquis.

    La sauveuse Amandine Henry

    Et pourtant c’est peut-être un Brésil-Espagne auxquels les spectateurs auraient pu assister. En effet, que ce soit la France ou les USA, ces huitièmes de finale sont loin d’avoir été une promenade de santé. Dimanche, les prolongations ont été nécessaires aux Bleues pour venir à bout de cette solide équipe du Brésil. Offensivement, les françaises ont été mises en difficulté tout le long du match comme trop souvent depuis le début de la compétition. Un manque d’efficacité et de réalisme qui commence à inquiéter. Et défensivement, les tricolores ont également été à la peine avec une Debinha en feu du côté adverse. Il aura fallu le superbe geste défensif de Griedge M’Bock pour empêcher les brésiliennes de passer devant au score. Sans quoi la France ne serait peut-être plus dans la compétition… C’est finalement la capitaine Amandine Henry qui a délivré les siens d’un but sur un coup-franc excentré de Majri dans les prolongations permettant une victoire 2-1 des Bleues.

    Deux pénaltys pour une qualification

    Si la France n’a pas brillé, ça n’a pas été non plus le cas pour les Etats-Unis. Leur adversaire espagnole, peu inspirée depuis le début de la compétition, s’est révélée face aux championnes du monde. L’impact physique et la solidarité collective de l’Espagne ont surpris les USA qui avaient jusque là survolé leurs matchs. L’attaque américaine, tranchante lors des phases de poule, a peiné tout du long pour obtenir de véritables occasions avec seulement deux tirs cadrés. Il aura fallu deux pénaltys de Rapinoe, dont le deuxième fortement contestable voire incompréhensible pour venir à bout de ces valeureuses espagnoles sur le score de 2 à 1. Un petit message d’alerte pour les USA qui ne sont pas aussi imprenables qu’on le croyait.

    « Pas plus d’excitation que face au Brésil »

    L’Equipe de France appréhende ce match comme n’importe quel autre, « Au regret de vous décevoir une nouvelle fois, il n’y a pas plus d’excitation que face au Brésil, a déclaré Corinne Diacre en conférence de presse. Il y a par contre beaucoup de sérénité ». Propos relayés par la gardienne Sarah Bouhaddi, « Pour nous, ça reste un match de Coupe du Monde, le match contre le Brésil était aussi dur que celui qu’on va disputer vendredi » Bien que les américaines soient les championnes du monde en titre et les numéros 1 mondiale, les compteurs sont remis à zéro pour le match, « Les Américaines sont n°1 mondiales, elles sont plus favorites que nous mais le jour du match, il n’y aura pas de n°1 ou de n°4 »  a déclaré la gardienne des Bleues.

    « Ce sera un ’’crazy match’’ »

    De leur côté, les américaines laissent plutôt place à l’excitation face à cette affiche à l’image de leur capitaine Rapinoe, « Contre la France, c’est le match que tout le monde attend. Ce sera un ‘’crazy match’’ et nous sommes impatientes de le jouer ». Malgré cela, la sélectionneuse américaine Jill Ellis reste méfiante, «  On a un immense respect pour la France et pour ce qu’elle a accompli ces dernières années. Corinne (Diacre) a fait un travail incroyable avec ces joueuses. Elles jouent chez elles, on a de l’expérience mais le passé c’est le passé. Les deux équipes veulent cette demi et doivent aller la chercher ». Une méfiance peut-être d’autant plus présente au regard de la dernière rencontre entre les Etats-Unis et la France.

    Une dernière rencontre favorable aux Bleues

    Si la France n’a jamais battu les ogres américaines en compétition officielle, leur match de préparation le 19 janvier dernier a marqué les esprits. Auteures d’une superbe prestation collective dans tous les compartiments du jeu, les Bleues ont dominé les USA en s’imposant sur un superbe 3-1. Rencontre qui avait notamment mis en lumière la jeune ailière Lyonnaise Delphine Cascarino. Un match référence sur lequel les joueuses de Diacre vont devoir s’appuyer ce soir pour parvenir à l’emporter.

    Pour cette rencontre, Corinne Diacre a décidé de repasser en 4-2-3-1, avec Gaetane Thiney aux commandes. La joueuse de Juvisy, laissée sur le banc au coup d'envoi contre le Brésil, retrouve une place de titulaire, entourée par Diani à droite, Le Sommer à gauche et Gauvin en pointe.

    La composition officielle des Bleues : Bouhaddi - Torrent, Mbock, Renard, Majri - Henry (cap.), Bussaglia - Diani, Thiney, Le Sommer - Gauvin


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club