En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Comment Lenglet s'est installé

    Qual. EURO 2020

    Les bleus

    Qual. EURO 2020

    Comment Lenglet s'est installé

    30 sept. 2019

    MAGAZINE

    Avant l'annonce de la liste des 23 de Didier Deschamps pour l'Islande et la Turquie, jeudi, série de gros plans sur les Bleus. Aujourd'hui Clément Lenglet qui s'est fait une place chez les champions du monde.

    C’est bien connu, le malheur des uns fait parfois le bonheur des autres. Clément Lenglet en est aujourd’hui la preuve. Même si son bonheur, l’ancien défenseur de Nancy, où il a signé son premier contrat professionnel en 2014, a su se le construire lui-même. Au départ, il a fallu un petit coup de pouce. Après avoir sérieusement forcé sur son genou pour jouer la Coupe du Monde, Samuel Umtiti lâche prise quelques semaines après son retour de Russie et laisse la place à son compatriote. Le joueur né à Beauvais, arrivé en provenance du FC Séville au cœur de l’été contre près de 40 millions d’euros (le montant de sa clause libératoire) ne laisse pas passer sa chance. Surtout, il prouve à son entraîneur qu’il a toutes les qualités pour remplacer le champion du monde au côté de Gérard Piqué. Il enchaine la confiance en même temps que les matchs et enlève un poids à Valverde : plus besoin de s’alarmer sur l’état du genou d’Umtiti, il tient son remplaçant. Tellement fort qu’il ne le lâche pas. Au grand dam du buteur au déhanché mythique qui prend son mal en patience.

    Capitaine de Nancy à 19 ans

    Et ce qui devait arriver arriva. En Equipe de France aussi, le champion du monde perd sa place. Victime de son manque de temps de jeu, il voit son coéquipier en club lui piquer l’axe des Bleus au côté de Raphaël Varane. Au point d’être devenu aujourd’hui un titulaire en puissance. “Il confirme, c’est un joueur qui dégage beaucoup d’assurance” expliquait Didier Deschamps début septembre avant France – Andorre qui le verra fêter sa 3ème sélection. Après Valverde qui apprécie sa puissance dans les duels, mais aussi sa grande maitrise technique, Deschamps est tombé sous le charme. Comme Pablo Correa avant lui, qui lui avait confié le brassard de capitaine à Nancy à l’âge de 19 ans. Comme le célèbre recruteur Monchi, qui l’avait fait venir au FC Séville en janvier 2017 (contre 5 millions d’euros). Agé de 24 ans, celui qui a joué dans toutes les sélections de jeunes avec le maillot bleu sur les épaules est en passe de réussir un véritable exploit en étant le seul joueur à ne pas avoir joué avec les Bleus avant 2019 à s’emparer d’une place de titulaire.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club