En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Deschamps : « faire mal à l’adversaire »

    Qual. EURO 2020

    Les bleus

    Qual. EURO 2020

    Deschamps : « faire mal à l’adversaire »

    11 oct. 2019

    > Islande - France (20h45)

    En conférence de presse, Didier Deschamps s'est montré à la fois confiant et méfiant avant de défier les Islandais sur leurs terres. Pour le sélectionneur, son équipe à la « la capacité de faire mal à l’adversaire ».

    Dans quel état d’esprit êtes-vous avant le match contre l’Islande ?

    Je ne suis pas inquiet mais je ne vais pas non plus fanfaronner. Au niveau international, répondre athlétiquement, c'est une donnée importante. Mais il n'y a pas que ça…

    L’Islande avait coulé au Stade de France le 25 mars dernier, cette fois vous vous attendez à un autre match ?

    Oui, l'Islande a un comportement différent à domicile. Elle est plus performante. Le contexte est différent. En match amical contre nous (2-2, le 11 octobre 2018, à Guingamp), elle avait fait voir des qualités, au stade de France moins. Ils ont une capacité athlétique importante, un jeu direct très dangereux. C'est une équipe qui a une âme mais encore plus quand elle joue chez elle.

    Les Bleus sont en mesure de réponde à cet impact physique ?

    Des garanties, on n'en a jamais en football. En Turquie (défaite 0-2 au mois de juin), on a été totalement absents sur le plan athlétique. On a su répondre après et dans le passé aussi. Ce sera une des données du match…

    Les absents aussi… Et vous en comptez quelques uns parmi vos cadres…

    Ce sont des joueurs très importants sur le terrain et dans le groupe. Lloris est le capitaine, Paul (Pogba) est un leader expressif. Kylian (Mbappé) est plus un leader technique. Mais il y a Blaise (Matuidi), Raphaël (Varane), Olivier (Giroud), Steve (Mandanda), qui ont du vécu, beaucoup d’expérience... Il y a beaucoup de blessés, mais je fais pleinement confiance aux joueurs qui sont là pour prendre le relais.

    La clé, c’est la façon d’aborder le match…

    C'est un petit stade, un contexte inhabituel pour la plupart des joueurs. On ne vient pas ici en se disant, on les a battus chez nous, ça va passer. Je connais la capacité qu'a cette équipe à faire mal à l'adversaire.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club