En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Deschamps suit 50 joueurs

    Les bleus

    Deschamps suit 50 joueurs

    13 nov. 2018

    Entre anciens et petits nouveaux, le groupe s'ouvrre

    La journée du lundi 12 novembre restera un des évènements de la vie des Bleus depuis la Coupe du Monde. Après avoir appelé Lacazette et Sissoko pour remplacer Pogba et Martial forfaits, le sélectionneur a appris le forfait à son tour de Lacazette, puis quelques heures plus tard celui de Benjamin Mendy. Pour palier à leur absence, DD a convoqué deux petits nouveaux : Alassane Plea et Ferland Mendy ! Du mouvement à Clairefontaine ! Ce qui n’empêche le groupe amené à jouer les Pays-Bas en Ligue des Nations et l’Uruguay en amical, de compter toujours 17 champions du Monde dans ses rangs.

    Osciller entre conservatisme et ouverture d’esprit est le fil conducteur de Deschamps jusqu’à l’Euro.

    Entre ceux qui sont déjà venus mais sont restés à la porte de l’avion pour la Russie (Digne, Martial, Lacazette, Sakho ou Zouma aujourd’hui, Costil et Payet hier), ceux qui frappent à la porte (Ndombélé, F. Mendy, Plea aujourd’hui) et ceux qui sont suivis de très près (Laporte, Diallo, Lenglet, Aouar…) Deschamps veut garder le groupe ouvert, pour susciter la concurrence à tous les postes et éviter aux Bleus de se reposer sur leurs lauriers. Le Champion du Monde 1998 et vainqueur de l’Euro 2000 était tout jeune retraité international quand il a vu les Bleus sombrer lors de la Coupe du Monde 2002. A l’époque, l’Equipe de France venait de remporter tous les titres en jeu (Coupe du monde, Euro, Coupe des confédérations) et possédait les meilleurs buteurs des championnats européens en dehors de l’Espagne (David Trezeguet en Italie, Thierry Henry en Angleterre et Djibril Cissé en France). “Le football n'est pas une science exacte, répétait encore le sélectionneur à nos confrères du Guardian fin septembre. Cela montre à quel point il est incroyablement difficile de maintenir le plus haut niveau”.

    C’est bien pourquoi le sélectionneur entend bien continuer de faire vivre son groupe en restant très attentif au comportement (sur et en dehors du terrain) de tous. “Il y a une telle atmosphère euphorique et tout le monde est sur une telle dynamique que vous ne prêtez pas automatiquement la plus grande attention au maintien de cette norme, expliquait Deschamps en septembre. Vous devez toujours vous rappeler comment et pourquoi nous avons réussi à remporter ce titre. Vous ne devez pas perdre ça. Si vous pensez que vous avez fait vos preuves, que vous n'aurez pas à faire autant d'efforts, cela ne fonctionnera pas. C'est dans les moments de grande victoire que vous commettez les erreurs les plus stupides. ” Voilà les mondialistes prévenus.

    La première grosse erreur serait de penser que les champions du Monde sont irremplaçables. “La porte n'est pas fermée expliquait déjà celui qui a été nommé meilleur entraineur de l’année. Ceux qui étaient à la Coupe du monde ont ça pour eux bien sûr... A eux de maintenir leur niveau de performance. Plus le noyau dur sera nombreux, mieux ce sera, mais ça n'empêche pas que d'autres peuvent arriver. Aujourd'hui, avec le staff, on supervise une bonne cinquantaine de joueurs susceptibles d’être sélectionnés”.

    Pour l’instant, des joueurs comme Sidibé (au niveau actuel catastrophique), Pavard (en difficulté avec Stuttgart) ou même Giroud (qui joue et marque de moins en moins avec Chelsea) sont toujours dans le groupe. Mais rien ne leur garantit d’être encore là au mois de mars prochain pour la rentrée 2019 des Bleus.

     


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club