En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Olivier Giroud, le grand Bleu

    Les bleus

    Olivier Giroud, le grand Bleu

    30 mars 2019

    GROS PLAN

    7 ans et demi après ses débuts en Bleu, Olivier Giroud a toujours du mal à être reconnu comme l’un des meilleurs buteurs de l’histoire de l’Equipe de France. Son 35ème but avec le maillot bleu inscrit contre l’Islande lui offre pourtant la légitimité que son talent n’a pas voulu lui accorder.  

    Quand olivier Giroud a fêté sa première sélection, le 11 novembre 2011 contre les Etats-Unis, Kylian Mbappé n’avait pas encore 13 ans. Lui, attaquant à Montpellier en avait déjà 25 et jouait en Ligue 1 depuis à peine un peu plus d’un an.

    Si le prodige du PSG est promis au plus bel avenir, pour l’instant, l’ancien joueur de Grenoble partage le présent avec lui. Lui et Griezmann, Pogba, Varane, Kante et tous ses autres potes avec qui il a remporté la Coupe du monde cet été. Leurs talents sont différents mais ont atteint le même sommet du football mondial.

    Mais pour Olivier Giroud, la Coupe du Monde n’a pas suffit à le mettre sur un pied d’égalité avec ses prestigieux cadets. Il faut dire que le n°9 des Bleus a traversé le mondial comme indiscutable titulaire sans inscrire le moindre but. Pas de quoi faire remonter la cote de celui qui est encore perçu comme le remplaçant de Karim Benzema. Il faut dire que longtemps, il n’a été que le n°2 derrière le joueur du Real Madrid. Lors de l’Euro 2012 ou la Coupe du Monde 2014, le joueur parti pour Arsenal après son titre de meilleur buteur de Ligue 1 (en 2012 avec Montpellier), ne débutera que 2 des 9 matchs joués par les Bleus (aucun en 2012) et n’apparaitra que pour les 5 dernières minutes lors du quart de finale perdu contre les Allemands. A Arsenal, Thierry Henry ira jusqu’à dire que les Gunners ne pourront jamais gagner un titre avec un avant-centre comme lui.

    En 2015, cela ne va pas s’arranger. Benzema écarté à la suite de l’affaire de la sextape de Mathieu Valbuena, Deschamps le met en première ligne. Il est souvent présenté comme le point faible des Bleus. Le remplaçant devenu calife à la place du calife mais qui ne mérite pas sa place. Avant la Coupe du Monde, personne n’a oublié la sortie de Christophe Dugarry, mettant clairement en cause le sélectionneur, lui reprochant de se passer de Benzema en Russie (« Deschamps prend la France en otage » ira même jusqu’à déclaré l’ancien champion du Monde aujourd’hui consultant pour RMC).

    Deschamps le défend, encore et encore

    Joueur atypique, pas le plus fin technicien de la bande, Olivier Giroud stigmatisait sur lui toute la frustration des pro Benzema.

    En septembre dernier, après avoir ramené le titre, le sélectionneur était encore obligé de le défendre. « Olivier a un profil différent. Il ne faut pas attendre de lui qu'il prenne le ballon et qu'il élimine deux ou trois adversaires, expliquait Deschamps. Il n'est pas là pour ça. Souvent, très souvent, on se rend compte de son utilité quand il n'est pas sur le terrain. Certes, il n'a pas eu la chance de marquer mais il a été décisif sur des dernières passes, des avant-dernières passes. C'est quelqu'un qui pèse sur les défenses. Dans une notion de collectif, il est d'une générosité absolue. C'est quelqu'un qui est important, qui a été très important ».

    Plus qu’un titre de Champion du Monde, ce sont ses buts contre des petites nations du football, la Moldavie et l’Islande, qui finiront par l’élever au même rang que les autres. Avec ses 34ème et 35ème buts en Bleus, Olivier Giroud est tout simplement devenu le troisième meilleur buteur de l’histoire sous le maillot bleu. « C’est un joueur injustement décrié. Mais ses buts, il faut les mettre au haut niveau et sur la durée, ce n’est pas rien », soulignait Deschamps après son but contre l’Islande.

    Jusqu’où peut-il aller ? L’Euro 2020, Platini et ses 41 buts… « Tant que je le sélectionnerai et qu’il jouera, il pourra s’en rapprocher, estime Deschamps. Quand il est sur le terrain, il continue de marquer. Il est toujours là avec cette envie et cette fraîcheur, il faut qu’il garde ça ».

    Un transfert vers Lyon pour jouer l'Euro ?

    Pour aller jusqu’à l’Euro et empêcher Mbappé de lui prendre sa place (avec l’apport d’Ousmane Dembélé ou de Coman sur le côté), Giroud sait qu’il devra probablement changer de club cet été. Car si Deschamps le préfère à Benzema, Sarri, son entraineur à Chelsea, lui préfère Higuain. Un vrai paradoxe quand on voit que le franco-argentin de Chelsea vit une histoire compliquée avec l’argentine (malgré ses 32 buts en 75 sélections) et vient, à 31 ans, d’annoncer sa retraite internationale.

    Voilà pourquoi on se dirige vers un transfert à Lyon où le président Aulas l’attend les bras ouverts. Malgré ses 9 buts en Ligue Europa (deuxième meilleur buteur de la compétition derrière Ben Yedder, qui lui, est éliminé avec le FC Séville), Giroud, qui s’était résigné à quitter Arsenal pour gagner du temps de jeu avant la Coupe du Monde, va encore être obligé de s’exiler pour continuer d’exister.

    Car la suite, Olivier Giroud l’a déjà programmé : « Revenir en sélection avec une énergie positive et finir le boulot de mes partenaires. » En juin, il compte bien être là contre la Turquie, Andorre et face à la Bolivie (en amical). Histoire de se rapprocher des 41 buts de Platini. ? «Ce n’est pas que je pense le dépasser, mais c’est un objectif. J’espère y arriver avec toute l’humilité qui est la mienne.»

    Olivier Giroud, c’est finalement Didier Deschamps qui en parle le mieux : « le problème avec Olivier qu’on a souvent, c’est que, quand il n’est pas là, on se rend compte encore plus de son utilité ».


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club