En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Bernard Blaquart, cœur de croco

    Nîmes

    Ligue 1

    Nîmes

    Bernard Blaquart, cœur de croco

    23 janv. 2019

    > Nîmes - Angers (19h)

    Au cœur de l’aventure du Nîmes Olympique, condamné à disparaître en 2015 et aujourd’hui en milieu de tableau de la Ligue 1, il y a un homme. Educateur avant d’être entraineur, Bernard Blaquart découvre l’élite en même temps que ses joueurs.

    Le 19 août dernier, Nîmes battait l'Olympique de Marseille à domicile 3 -1. Une victoire retentissante dès la 2ème journée, perçue comme la grosse surprise du mois d’août en Ligue 1. Quinze jours plus tard, c’est le PSG de Neymar qui avait bien failli se faire surprendre par les Gardois aux Costières. Un début de saison détonnant qui mettait en lumière le Nîmes Olympique, de retour parmi l’élite 25 ans après son dernier séjour ! Aujourd’hui 12èmes à bonne distance de la zone de relégation, les promus continuent d’étonner par leur jeu tourné vers l’avant, plein de percussion et d’engagement (Nîmes a la 8ème attaque de L1).

    Pourtant, il y a quatre ans, quand Nîmes débute sa saison en Ligue 2, on ne donne pas cher de sa peau. Les Gardois se sont vu infliger 8 points de pénalités suite à l’affaire des matchs truqués (après avoir évité une relégation administrative de justesse qui aurait pu précipiter la fin du club) et viennent de terminer une saison compliquée. C’est à ce moment là que Bernard Blaquart, arrivé au club en 2013 en tant que directeur sportif, entre dans la Lumière. Alors que Nîmes a des grosses difficultés en championnat (14ème à la trêve à 2 points du premier relégable, Tours), il prend la place de José Pasqualetti et réussit à remotiver tout le monde pour arracher le maintien avec 6 points d’avance sur le 18ème.

    « Essayer de se maintenir un peu avant la fin de la saison »

    Lors de sa première saison pleine à la tête des crocos, le technicien de 61 ans parvient à remonter les 8 points de retard et assure le maintien, avec 4 points de plus que le premier relégable (Evian TG). Son créneau : faire confiance aux jeunes qu’il a bien connu au centre de formation et prôner un jeu plein d’allant, tourné vers l’attaque. Elu meilleur entraineur de Ligue 2 au terme de la saison, il enchaine avec une sixième place, prémices du retour de Nîmes au premier plan. Dans cette équipe, on trouve déjà Briancon, Savanier (arrivé un an plus tôt en provenance d’Arles-Avignon), Alioui, Ripart, Thioub, Depres, Valls ou Alakouch… Tout est prêt pour la grande année du Nîmes Olympique. La philosophie de jeu de l’éducateur devenu entraineur ne varie pas. Les recrues de l’été sont jeunes et surtout peu couteuses, à l’image de Bozok, arrivé du National ou Del Castillo prêté par Lyon. Avec quelques éléments d’expérience, comme Valdivia, payé 750 000 euros à Saint-Trond (Belgique).

    Très impliqué dans les transferts au sein d’un club à la structure très légère, Bernard Blaquart a construit son groupe pour avancer. En fin de saison, la montée acquise avec la meilleure attaque de Ligue 2 valide les choix du natif de Roumazières en Charente.

    Les ajustements de l’été, avec notamment les arrivés de Bernardoni (gardien de but de l’équipe de France espoirs, prêté par Bordeaux), Diallo (solide milieu de Guingamp qui a depuis dû mettre un terme à sa carrière à cause d’une blessure), Maouassa, Landre, Bouanga et Ferri (prêté comme joker médical après la blessure de Diallo) sont validés par une bonne première partie de saison. Blaquart qui découvre la Ligue 1 en même temps que ses joueurs ne changera pas de philosophie pour autant. « Ce tempérament offensif, cette générosité sur le terrain, ça reflète bien la mentalité des gens ici. L’équipe ne calcule pas, elle va de l’avant ». 10ème à la trêve, Nîmes est à la hauteur de la Ligue 1. « On a une deuxième partie de championnat passionnante à faire. C'est un très bon début en ligue 1, mais on espère encore mieux, expliquait-il en conférence de presse au début de l’année. On a toujours besoin de se fixer de nouveaux objectifs, alors va essayer de se maintenir un peu avant la fin de la saison.»

    Freiné par la défaite contre Toulouse aux Costières samedi dernier (21ème journée), le technicien attend une réaction de ses joueurs contre Angers ce soir (match en retard de la 20ème journée). Avec en mémoire le match aller, premier match en Ligue 1 joué par les Nîmois depuis un quart de siècle. Menés 3-1 à 14 minutes de la fin, Briancon et ses partenaires s’étaient finalement imposés 4-3 en marquant notamment deux buts dans les 5 dernières minutes alors qu’ils jouaient à 10 contre 11 ! « Mes joueurs sont dingues » s’était enthousiasmé le toujours très lucide entraineur des Crocos. Un peu plus de 5 mois plus tard, il espère un match un peu moins fou, mais serait prêt à revivre le même scénario si c’est pour prendre trois points précieux en vue du maintien.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club