En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Comment Sala a retourné les Canaris

    Nantes

    Ligue 1

    Nantes

    Comment Sala a retourné les Canaris

    29 nov. 2018

    Au placard en début de saison, il s'est rendu indispensable

    Si le FC Nantes s’est redressé depuis la prise de fonction de Vahid Halilhodžić le 2 octobre dernier, un homme brille lui depuis le début de saison. En tête du classement des buteurs avec 11 unités (à égalité avec le parisien Kylian Mbappé), Emiliano Sala (28 ans) confirme cette saison qu'il est bien l’une des valeurs sûres du championnat français.

    Arrivé chez les Canaris à l’été 2015 pour 1,5 millions d’euros (en provenance de Bordeaux), Emiliano Sala a doucement trouvé son rythme sur les bords de l’Erdre. Avec 6 buts pour sa première saison, puis 12 les deux saisons suivantes, l’italo-argentin est désormais incontournable chez l’actuel 10ème de Ligue 1. En ce début de saison, le sud-américain impressionne, et n’est déjà plus qu’à un but d’égaler son record dans l’élite française (12 buts lors des saisons 2016/2017 et 2017/2018).

    Pourtant, la carrière du joueur formé aux Girondins de Bordeaux n’a pas été un long fleuve tranquille. Avec la forte concurrence de Cheick Diabaté, ou encore d’Anthony Modeste, à Bordeaux, le joueur est prêté en 2012 à Orléans (alors en National 1), puis à Niort (en Ligue 2) la saison suivante. C’est là que le natif de Cululu’ las Colonias  en Argentine va se révéler, inscrivant 19 buts en 37 rencontres avec les jaunes et rouges, et 18 buts en 37 matchs avec les Niortais.

     
    Fort de ces succès, Emiliano Sala revient à Bordeaux, mais ne confirme pas en Gironde (1 but en 11 matchs lors de la première partie de la saison 2014/2015). La deuxième partie de la saison l’Argentin l’a passer à Caen avant de se fixer enfin chez les pensionnaires du Stade de la Beaujoire, où il semble avoir trouvé une certaine stabilité.  « Quand vous voyez sa contribution, son engagement, son abattage, commente Vahid Halihodizic, lui le grand buteur des Canaris, tombé sous le charme de son n°9. C'est un joueur de pivot, avec une grosse présence physique dos au but. Il fixe notre animation offensive. Il doit être présent à la finition, et il doit jouer à une touche et se replacer. C'est un attaquant comme on en voit très peu aujourd'hui. J'espère qu'il va dépasser les vingt buts. »

    Mis au placard en début de saison par Cardoso, après que des envies de départ aient contrarié sa préparation, le joueur formé à Bordeaux a rapidement su se rendre indispensable. Aujourd’hui, il a inscrit plus de la moitié des buts du FC Nantes à lui tout seul. Alors que son contrat se termine en 2020, il est aujourd’hui question d’une prolongation. Nantes ne veut surtout pas revivre l’expérience Filip Djordjevic, parti libre à la Lazio de Rome à l’été 2014, alors qu’il flambait avec Nantes.  


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club