En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Costil, Bleu amer

    Ligue 1

    Costil, Bleu amer

    27 oct. 2018

    > Bordeaux – Nice, le 28 (17h au Matmut Atlantique)

    Deux ans quasiment jour pour jour après sa première sélection en Bleu, Benoit Costil n’a plus jamais connu les joies du maillot bleu. Sa titularisation face à la Cote d’Ivoire en novembre 2016 devrait d’ailleurs être la seule sélection de sa carrière…

     Cet été, Benoit Costil n’a pas pris part au sacre de l’Équipe de France en Russie. Régulièrement convoqué en tant que troisième gardien chez les Bleus depuis 2014, le natif de Caen était réserviste lors du Mondial après avoir vu Alphonse Aréola lui chiper la place de n°3. La situation est inquiétante pour le portier de 31 ans, lui qui ne semble plus avoir la cote au près du staff des Bleus.
    Titulaire à chaque match sous le maillot des Girondins de Bordeaux cette saison, Benoit Costil vit un début d’exercice poussif avec le club abonné au ventre mou du classement en Ligue 1. Aujourd’hui, l’ancien portier du Stade Rennais ne compte qu’une seule sélection avec l’Équipe de France. C’était en novembre 2016 face à la Côte d’Ivoire. Deux ans après sa première apparition dans le groupe, en octobre 2014 pour pallier au forfait de Stéphane Ruffier.

    Souvent critiqué pour ses prestations mitigées, Benoit Costil semble peu à peu reculer dans la hiérarchie des gardiens français. En effet, de nouveaux gardiens comme Alphonse Aréola (25 ans, PSG), mais aussi Benjamin Lecomte (27 ans, Montpellier) ont gagné du crédit auprès du sélectionneur tricolore ces derniers mois. 

    Cependant, tout n’est pas perdu pour le gardien girondin. Convoqué, début septembre, pour pallier l’absence de Steve Mandanda, Benoit Costil a pu compter sur le soutien de Didier Deschamps qui déclarait en conférence de presse :

    « Benoît, on le connaît bien, il est très souvent avec nous. Après la blessure de Steve, il était logique pour moi qu’il soit appelé d’abord. »


    À l’instar du gardien phocéen, qui a 33 ans ne compte que 28 sélections avec les Bleus, de nombreux gardiens ont souvent attendu dans l’ombre leur heure en Équipe de France. 

    En Ligue 1, Stéphane Ruffier, le portier de l’AS Saint-Etienne, à longtemps espéré garder les cages de la sélection nationale. Cependant, avec seulement 3 sélections au compteur, le portier de 32 ans n’a jamais réellement eu sa chance chez les Bleus. Lassé du poste de numéro 3, le gardien stéphanois n’a jamais franchement réussi à masquer sa colère. Au point qu’au terme d’une discussion avec Deschamps, il sera écarté (d’un commun accord) du groupe France. 

     

    Carrasso, l'exemple qui tue

    Par le passé, Mickaël Landreau a lui aussi longtemps espéré faire son trou en Équipe de France. Souvent brillant en championnat sous le maillot de Nantes, Paris et Lille, l’actuel entraîneur de Lorient a raccroché les crampons avec seulement 11 petites sélections sous le maillot frappé du coq. Le fait d’avoir participé à la Coupe du Monde, en 2014 au Brésil restant une maigre récompense. Pire : Cédric Carrasso. L’ancien gardien de l’OM et de Bordeaux a longtemps fait partie du groupe France (entre 2009 et 2012), avec une participation à la Coupe du Monde 2010 (avant de rapidement se blesser à la cuisse en Afrique du Sud) et à l’Euro 2012. Finalement, il verra donc Landreau lui piquer la place de n°3 avec l’arrivée de Deschamps et termine sa carrière internationale avec une malheureuse petite cape en Bleu !

    Bénéficiant d’un soutien de poids au sein du groupe France, Benoit Costil sait qu’il devra rehausser son niveau de jeu pour pouvoir espérer mieux en Équipe de France et échapper à un destin à la Carrasso. Dès le 8 novembre prochain, il pourrait ne pas faire partie des 23 joueurs retenus par DD pour jouer les Pays-Bas et l’Uruguay. Le Normand n’a plus le choix : pour continuer de s’accrocher aux Bleus, il doit faire deux gros matchs, face à Nice ce dimanche et à Lyon le 3 novembre prochain.

    La méforme de Mandanda, loin de son meilleur niveau avec l’OM (on a encore pu le voir face à la Lazio) peut encore permettre à l’ancien Rennais de sauver sa place dans le groupe France. A défaut de le voir augmenter son nombre de sélections…


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club