En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Des paroles aux actes

    20ème journée

    Ligue 1

    20ème journée

    Des paroles aux actes

    13 janv. 2019

    > OM - Monaco (21h)

    Après une semaine de réunions et de déclarations fortes, l'heure est venue de confirmer sur le terrain le changement. Incapables de gagner au Vélodrome depuis plus de deux mois, les Phocéens doivent battre Monaco pour ne pas imploser.

    Un accueil glacial (les South Winners ont même appelé à la mobilisation pour chanter « Garcia démission ! »), un Monaco revigoré (par sa qualification pour les demi-finales de la Coupe de la Ligue autant que par l’arrivée de ses recrues) et pour ne rien arranger, des résultats en Ligue 1 qui ont relégué les Marseillais à la neuvième place du championnat au coup d’envoi (même si le classement ne veut pas dire grand chose, les Marseillais ayant trois matchs de moins que les Strasbourgeois par exemple). Les Marseillais n’auraient pu craindre contexte plus défavorable avant de recevoir Monaco ce soir pour un match qui s’annonce très tendu.
    Incapable de gagner depuis le 25 novembre (victoire 3-1 à Amiens lors de la 14ème journée de Ligue 1) quelque soit le niveau de leur adversaire ou la nature de la compétition (de Reims en Ligue 1 à Andrézieux-Bouthéon en Coupe de France, en passant par l’Apollo Limassol en Ligue Europa), les Marseillais ont poussé les supporters à bout. Le paradoxe, c’est qu’en cas de succès ce soir contre Monaco, les Marseillais reviendraient à 3 points du troisième, Lyon, avec un match de moins...

    Dans le foot, le capitaine quitte le bateau en premier...

    C’est un peu le principe de la bouteille à moitié vide ou à moitié pleine. Depuis la défaite contre une équipe de National 2 en Coupe, les supporters la voient même complètement vide. Rudi Garcia, lui, continue d’y croire. « Je pense être l’homme de la situation pour gagner, non seulement dimanche, mais aussi amener l’OM là où on veut être en fin de saison », explique l’entraîneur olympien. L’ancien entraineur de Lille sait que le redressement de son équipe passe impérativement par une victoire contre Monaco.

    Après avoir beaucoup parlé cette semaine (notamment évoqué des « solutions drastiques » mises en place), le coach marseillais attend de voir son équipe passer aux actes. « On a besoin de joueurs qui se montrent, qui poussent. Il n’y a pas que l’aspect offensif, il y a aussi l’aspect défensif. Il faut se défoncer à onze sur ce plan ».

    Alors que l’OM n’a plus gagné au Vélodrome depuis le 11 novembre (2-0 contre Dijon lors de la 13ème journée), Rudi Garcia ne peut plus se cacher. « Je suis le capitaine du navire, je tiens la barre », explique-t-il. « Je donne le meilleur de moi-même, et même plus que ça. On verra si c'est suffisant (…) Il nous reste le Championnat, mais tant qu'il y a ces deux matchs en retard on ne peut pas se situer ». Un discours qui ne tiendra pas plus de 72 heures. Dans ce laps de temps, l’OM va jouer Monaco et se déplacer à Saint-Etienne, invaincu sur sa pelouse depuis le début de saison.

    Si ça se passe mal lors de ces deux matchs, Rudi Garcia pourra confirmer la principale différence entre un bateau et une équipe de foot. Dans le foot, le capitaine est toujours le premier à quitter le navire.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club