En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Florian Thauvin : « on s’est dit les choses »

    Marseille

    Ligue 1

    Marseille

    Florian Thauvin : « on s’est dit les choses »

    13 janv. 2019

    > OM - MOnaco (21h)

    Avant le match sous tension de ce soir face à Monaco, Florian Thauvin s'est présenté devant la presse et a fait passer des messages forts. Les joueurs sont derrière Rudi Garcia et le groupe fait bloc pour tenter de relever la tête.

     

    Dans quel état d’esprit êtes-vous aujourd’hui ?

    Il faut dire la vérité : on a du mal. On est dans une situation difficile. On voulait revenir en forme après la trêve, mais on a mal débuté. Maintenant il faut relever la tête et gagner des matchs.

    L’OM n’est pas un club comme les autres. Vous avez d’ailleurs déjà connu des moments difficiles ici… Comment cette crise est-elle différente des autres ?

    J'ai vécu des périodes compliquées à l'OM, mais c’était plus personnel, dans des périodes où je n'étais pas performant. Aujourd’hui, c’est toute l’équipe qui vit des moments difficiles. Aucun joueur n’aime ça. J’aime voir la fête au Vélodrome, pas le voir comme ça. Les supporters l'ont dit, l'ambiance ne sera pas la meilleure possible. Je comprends leur mécontentement, c'est normal, on doit l'accepter. Par contre, j'espère que malgré cette situation compliquée, les supporters nous aideront à gagner ce match. Avec eux, on est plus forts.

    Les supporters pointent du doigt Rudi Garcia. Et les joueurs, vous soutenez votre coach ?

    Bien évidemment qu'on soutient le coach, tout le monde a sa part de responsabilité, c'est nous qui sommes sur le terrain, qui avons encaissé les buts, il ne faut pas accabler le coach. Tout le groupe est derrière le coach.

    « avant, on tournait autour du pot, là on a pris les choses à la base »

    On a évoqué de longues conversations entre joueur au lendemain de la défaite en Coupe de France, que sait-il dit ?

    On a discuté ensemble pour trouver des solutions. Chacun a donné son avis. Tout le monde a pris la parole, des plus anciens aux plus jeunes. Luiz Gustavo a fait un très bon discours, qui a ému tout le vestiaire.

    Ce type de discussion avait pourtant déjà eu lieu, sans rien changer…

    Lors des précédentes discussions, on a tourné autour du pot. Là, on a pris les choses à la base, et tout le monde ait été capable d'entendre ce qu'on lui reprochait.

    Pouvez-vous nous dire ce qui vous a été reproché à vous, par exemple ?

    Une des choses qui m'a été reprochée, et j'en avais moi-même parlé, ce sont mes replis défensifs. Je suis conscient que je dois faire plus. Il faut que je me replie plus vite dans notre ligne de quatre au milieu. Offensivement aussi je peux faire mieux. J'ai de meilleures statistiques que la saison dernière, mais je ne prends pas toujours les bonnes décisions… Devant, ça va très vite, il faut prendre des décisions rapidement et prendre les bonnes. Il m'arrive d'oublier mes partenaires. Il est claire que je dois faire mieux.

    « Aucune discussion avec le club pour une prolongation »

    L’intervention de Luiz Gustavo après Andrézieux, évoquant des jalousies et des « cas personnels », visait bien vous et Dimitri Payet à propos de vos contrats ?

    Une chose est sûre : ce qui est sorti dans les médias n'est pas la vérité, c'est un mensonge, ce qui a été dit sur Dimitri et moi, sur les salaires, est totalement faux.

    On a aussi évoqué votre prolongation de contrat qui créerait des tensions avec la direction et influerait sur vos performances…

    J’ai lu beaucoup de choses, je vais pouvoir éclaircir la situation. Il n'y a jamais eu de discussion entre le club et moi pour une prolongation. J'ai lu aussi que j'étais mécontent de mon salaire, ce n'est absolument pas vrai. Moi, j'ai prouvé que j’avais envie de jouer à l’OM. Quand je suis revenu à Marseille en prêt de Newcastle pour 6 mois (ndlr : en janvier 2016), j'ai divisé mon salaire par trois. Et il était encore été baissé lors de mon transfert six mois plus tard. Ces actes valent mieux que des paroles. Il faut arrêter de polluer notre vestiaire, c'est la même chose pour Dimitri, il gagnait beaucoup plus d'argent à West Ham.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club