En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Garcia/Balotelli mariage d'amour

    Marseille

    Ligue 1

    Marseille

    Garcia/Balotelli mariage d'amour

    9 févr. 2019

    L'Italien a changé l'OM

    Rudi Garcia et Mario Balotelli ont un point commun : pour tous les deux, la première partie de saison a ressemblé à un véritable cauchemar. Réunis sous le maillot de l’OM depuis le mois de janvier, ils ont autant intérêt l’un que l’autre que le mariage, dont l’évidence ne sautait pas forcément aux yeux, soit une réussite. Depuis qu’il a posé un pied à la Commanderie, Balotelli a toutes les attentions de son entraineur, qui a clairement décidé de faire l’équipe autour de lui. Pour mettre l’Italien dans les meilleures conditions, Garcia a abandonné son 4-2-3-1 pour un 4-4-2 bien plus confortable pour le buteur italien. Et le résultat ne s’est pas fait attendre : en trois matchs et 20 minutes de jeu, Super Mario a déjà frappé 15 fois au but et trouvé le chemin des filets à 2 reprises. Presque autant que Germain (3 buts) et Mitroglou (3 buts).

    Alors qu’il aurait pu être inquiet au regard de la première partie de saison de sa recrue de luxe de l’hiver (notamment sur son attitude dans le vestiaire et ses relations avec Patrick Vieira), Garcia a su trouver les bons mots, et surtout faire les bons choix (tactiques) pour le mettre en confiance. « Rudi est un très bon coach. Il est très compréhensif, c’est le plus important. Certains coachs n’interagissent pas avec leurs joueurs, ne les comprennent pas. Avec lui c’est le cas, et c’est une très bonne chose pour moi. J’ai tout de suite eu l’impression de faire partie de l’équipe. Je dois remercier les joueurs pour ça, ils m’ont intégré à la famille marseillaise très rapidement ».

    Un petit pic au passage à Patrick Vieira, qui ne cessait de répéter : « je ne suis pas l’entraîneur de Mario Balotelli ». Pour être en confiance et marquer, l’Italien a besoin d’être aimé. D’être le centre du monde. Et Rudi Garcia l’a très bien compris.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club