En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Jonas Martin, le guerrier du Racing

    Strasbourg

    Ligue 1

    Strasbourg

    Jonas Martin, le guerrier du Racing

    9 déc. 2018

    > Strasbourg - Caen (15h à la Meinau)

    Formé à Montpellier, Jonas Martin rejoignait à l’été 2016 l’Andalousie et le Bétis Séville en Liga. Une envie de renouveau de la part du milieu de terrain qui a tourné court au bout d’une saison (22 matchs, 2 buts avec l’actuel 11ème du championnat espagnol). Transféré, l’été dernier au RC Strasbourg, le joueur de 28 ans est aujourd'hui l'homme fort du Racing.

    Mercredi dernier, Strasbourg recevait le Paris Saint-Germain à la Meinau pour la 16ème journée de Ligue 1. Auteurs d’un gros match, les hommes de Thierry Laurey ont obtenu le match nul face à l’épouvantail parisien (1-1). Une rencontre au cours de la quelle Jonas Martin s’est distingué. Si on a surtout parlé de son explication musclée avec le milieu parisien Marco Verratti, ce sont surtout ses 90 minutes passées sur le terrain que l’on retient. Avec des images qui en disaient long sur l’esprit hargneux et revanchard du capitaine des bleu et blanc. D’ailleurs, le but de l’égalisation parisienne sur penalty est arrivé pendant qu’il était en train de se faire soigner sur le bord de la touche.
    Après quatre saisons pleines à Montpellier, le joueur qui n’avait pas pris part à la conquête du titre lors de la saison 2011/2012 (à 21 ans, il était prêté à Amiens en Ligue 2), avait fait le pari de découvrir un nouveau championnat. Malgré un intérêt de Bordeaux, le natif de Besançon décidait de s’engager pour trois ans avec le Betis Seville. Freiné par une blessure et un changement d’entraîneur, le joueur de 25 ans (à l'époque) ne participera finalement qu’à 20 rencontres de Liga (2 buts). Une saison compliquée qui le poussera à revenir en Ligue 1, même s’il ne considère pas cette expérience comme un échec. « Je suis revenu en France parce qu'il y avait un ensemble de choses qui ont fait que je devais rentrer, expliquait-il à nos confrères de France Football à l’époque. Mais c'est personnel. Cela n'a rien à voir avec le foot. J'ai vécu ce que j'avais envie de vivre là-bas. Dans une ambiance de dingue à domicile, j'ai joué contre les meilleurs joueurs du monde, j'ai connu le football espagnol, une autre langue. Si c'était à refaire, je referais pareil. » 

    Strasbourg peut titiller Rennes, Nîmes, Nice et même Saint-Etienne...

    C’est Strasbourg, tout juste de retour en Ligue 1, qui décide de prendre le pari de le relancer. Et ça marche. Le milieu de 28 ans, vainqueur de la Coupe Gambardella avec Montpellier en 2009 (au côté de Cabella, Stambouli, Belhanda…) relise une grosse première saison (34 matchs toutes compétitions confondues, 4 buts) et permet au Racing d’assurer tranquillement son maintien. Milieu relayeur (son poste de prédilection) ou parfois aligné plus haut, presque en meneur de jeu, Jonas est un des plus fidèles soldats de Thierry Laurey. Aussi un des joueurs les plus en forme du Racing. Avant de résister au PSG, Strasbourg avait précipité la chute de Lamouchi en humiliant les Rennais au Roazhon Park (4-1). Ce soir-là, Jonas avait fait très mal aux Bretons, notamment en réussissant un doublé.

    En cas de victoire cet après-midi face à Caen, Strasbourg s’installera dans la première moitié du classement. Et on se dit que cette équipe a largement les moyens d’aller titiller des formations comme Rennes justement, Nîmes, Nice ou même Saint-Etienne qui sont au dessus. « On est lucides, mais ça ne nous empêche pas d’avoir de l’ambition », estime le Strasbourgeois.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club