En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Kombouaré, l'erreur de casting

    Dijon

    Ligue 1

    Dijon

    Kombouaré, l'erreur de casting

    17 mars 2019

    Le Kanak a-t-il le profil pour sauver Dijon de la rélégation ?

    Plus les matchs passent, plus on a l'impression que le DFCO s'enfonce vers la Ligue 2. Et surtout, que la méthode de Kombouaré n'est pas adaptée à l'équipe.

    Au mois de janvier, quand Olivier Delcourt se séparait d’Olivier Dall’Oglio, puis quelques jours plus tard, choisissait de placer Antoine Kombouaré sur le banc, c’était pour apporter de la « gnac » au groupe, et instaurer « un esprit commando ». La marque de fabrique du technicien kanak. Mais le président du DFCO est passé complètement à côté de la plaque. Non pas que Kombouaré soit mauvais ou incapable d’emmener un groupe de joueur « au combat », mais plutôt parce que ce groupe là n’est pas fait pour pratiquer le football de Kombouaré. Bâti par Dall’Oglio l’équipe est avant tout composée de joueurs qui partagent le même goût pour le jeu avant le combat. A l’image de Sliti, Saïd, Jeannot, Tavares, Samaritano, Amalfitano, Marié… Et visiblement, la transition opérée depuis le mois de janvier a du mal à prendre. On se souvient notamment de cette phrase de Bobby Allain à l’arrivée de l’ancien entraineur de Guingamp. « Les consignes ont changé. Il faut éviter de repartir de derrière, chercher des ballons plus longs… Le coach est arrivé avec des statistiques. On a vu qu’on prenait trop de risques ».

    Pendant deux ans, Dijon s'est sauvé par le jeu...

    Sauf que lors de ses deux précédentes saisons en Ligue 1, le DFCO s’en est sorti par le jeu. Certes, les Bourguignons ont parfois pris des buts casquettes, mais ils avaient l’image d’une équipe qui joue bien au ballon et surtout, qui ne veut pas sacrifier ses valeurs.

    Si Dijon a terminé 11ème la saison dernière, c’est notamment parce qu’il avait la cinquième meilleure attaque de Ligue 1 (55 buts inscrits en 38 matchs). Avec Kombouaré, Dijon affiche un triste bilan de 5 buts marqués en 10 rencontres (soit une moyenne de 0,5 but par match). C’est encore pire que le bilan du DFCO sur les matchs aller (16 buts en 19 matchs, soit 0,84 but par match). Certes, l’équipe encaisse moins de buts, mais comme elle ne produit pas de jeu et ne marque pas , ça ne sert pas à grand chose. Lautoa et ses partenaires finissent toujours par craquer, comme cela a été le cas hier à Guingamp.

    On ne saura jamais si, avec Dall’Oglio à sa tête, l’équipe bourguignonne parviendrait à se sauver. Comme on ne connaît pas non plus l’issue de la saison en cours. Mais une chose est flagrante, Dijon ne donne pas l’impression de se sentir bien dans son jeu.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club