En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    La tornade Ndombélé

    Lyon/St-Etienne

    Ligue 1

    Lyon/St-Etienne

    La tornade Ndombélé

    22 nov. 2018

    Il y a deux ans, il jouait en Ligue 2...

    En très peu de temps, le Lyonnais de seulement 21 ans a explosé en club, à Lyon, et avec les Bleus. Retour sur un parcours qui n'a pourtant pas été toujours commode…

    Tout est allé décidément très vite pour Tanguy Ndombele. A Manchester City, le 19 septembre dernier, il a été rayonnant. Lors de cette première journée de Ligue des Champions, les Gones surprennent. A l'image du natif de Longjumeau. Lors de cette rencontre, l'ancien milieu de terrain d'Amiens est époustouflant. Il abat un travail monstrueux à la récupération. Conséquence : les Citizens finissent par perdre le fil (1-2). Lyon signe le premier exploit français dans cette Ligue des Champions 2018/2019. Cet exploit individuel a accru l'attention sur Ndombele. Le 4 octobre dernier, il était appelé pour la première fois en équipe de France A suite à la blessure de Corentin Tolisso pour les matches contre l'Islande en amical et contre l'Allemagne en Ligue des Nations. Il connaît sa première sélection officielle contre l'Islande (2-2) le 11 octobre au stade du Roudourou. Un signe du destin. Quand il arrive en Bretagne à 14 ans, à l'En Avant de Guingamp, il y évolue pendant trois saisons. Mais le club ne lui propose pas de contrat professionnel en fin de formation. Finalement, il atterri à Amiens, où il joue d’abord avec l’équipe réserve, en CFA 2, avant de gagner ses galons de titulaire dans l’équipe première alors en Ligue 2 à moins de 20 ans. Lors de la saison 2016/2017, il est un des grands artisans de la montée du club en Ligue 1, avant de filer à Lyon au mois d’août pour remplacer Tolisso, parti au Bayern Munich.

    « Tanguy donne une leçon »

    Au club d'Epinay (le Gone a joué à Epinay de 2002 à 2009 avant de partir à Linas-Montlhéry), on se réjouit de sa réussite : « Tanguy donne une leçon à travers sa réussite, explique Larbi Ahmed, un des membres du staff du club de l'Essonne. Il faut aimer ce que l'on fait. Accomplir ce que Tanguy fait, à un tel niveau, est très difficile. Il s'est accroché et a voulu rester dans le football. Ici, on est tous fiers de son parcours. On suit chacun de ses matches de L1 et en équipe de France. La ville et le club d'Epinay Athletico sont heureux de son succès ».

    Déjà en 2017, le PSG le voulait

    Un homme a parfaitement connu Tanguy Ndombele et l'a suivi de près. Il s'agit de Jean-Pierre Desanti. « J'ai connu Tanguy quand il avait 6 ans et quand il est arrivé sur Epinay. Je l'ai eu comme débutant. Il était très bien éduqué venant d'une famille très posée. J'avais aussi son frère Bosso depuis un an et demi. Ses parents avaient inscrit Tanguy dans la foulée. Au départ, j'aurais plus vu Bosso réussir. Mais Tanguy s'est très bien intégré et avec les autres éducateurs on s'est vite rendus compte qu'il avait une facilité déconcertante avec le ballon. C'était même frappant de voir un gamin de cet âge-là pulvériser le terrain des débutants. Tanguy était extraordinaire balle au pied, dès la catégorie poussins. Il a beaucoup progressé jusqu'à l'âge de 13 ans. Les clubs ont commencé à le suivre de près et se sont rapprochés de nous. On parlait de plus en plus de lui dans l'Essonne et en région parisienne. De là, il est parti à Linas-Montlhéry pendant deux saisons (2009-2011). Puis c'est Guingamp qui l'a récupéré (2011-2014). Puis il est parti à Amiens car son profil correspondait à ce qu'ils cherchaient ». Pourtant, avant d'éclore en Picardie, le chemin a été semé d'embûches. Ndombele a dû se battre. « Mais Tanguy était un battant, insiste Jean-Pierre Desanti. Son rêve était de jouer à haut niveau. Il me disait souvent : “Mais Jean-Pierre comment je peux arriver à faire cela”? Je lui répondais : “Les portes s'ouvriront à un moment donné. Le travail finira par payer et il faudra aussi un coup de pouce du destin”. Il avait des qualités hors-normes pour un gamin de 10 ans. Je me souviens en pupilles il se jouait d'une défense en deux, trois mouvements. On ne pouvait pas passer à côté de ses qualités. Ce qui s'est passé à Guingamp reste un peu curieux... Pourquoi ? A-t-il eu un coup de blues à l'époque ? A-t-il relâché un peu ? Je ne sais pas...  Amiens l'a récupéré, mais il était aussi dans le viseur d'autres clubs français, dont à un moment donné le PSG ».

    Direction la Premier League ?

    Pour autant, voir Ndombele à un tel niveau aujourd'hui ne surprend absolument pas son ancien entraîneur. « Je ne suis pas étonné par ce qu'il vit aujourd'hui. Jacques Faty est également passé par Epinay. Avec lui, c'était pareil. Il avait des qualités extraordinaires. Il y a trois saisons, quand Tanguy était à Amiens, je lui avais envoyé un sms. Je lui avais dit “que d'autres portes finiraient par s'ouvrir”. Il y avait notamment deux pistes dont le PSG et Lyon. Cela a été finalement Lyon. Et l'équipe de France derrière... ».

    Inutile de dire la fierté de Larbi, Jean-Pierre et tous ceux qui l’ont connu plus jeune, mardi dernier au moment de le voir titulaire avec les Bleus face à l’Uruguay.

    Pour Jean-Pierre Desanti, le meilleur reste à venir. « Ce n'est pas fini. Loin de là. Je pense même que maintenant les Anglais sont dessus. Je ne serais pas surpris qu'il parte en Premier League assez rapidement. Vu ce qu'il montre... Didier Deschamps lui a ouvert une porte. Avec lui le sélectionneur a une autre perle. Il y a Kylian Mbappé. Mais Tanguy lui propose sa force. Son humilité dans le langage est aussi le symbole d'un joueur qui va réussir. Il sait où il va... ».

     


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club