En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Le spectre de la Ligue 2 fait peur aux Verts

    Saint-Etienne

    Ligue 1

    Saint-Etienne

    Le spectre de la Ligue 2 fait peur aux Verts

    17 févr. 2020

    Calendrier compliqué, zone rouge qui se rapproche...

    A l’image de Claude Puel, qui ne cache pas « être inquiet » ou Franck Honorat, qui estime qu’ «il y a le feu », les Stéphanois ont pris conscience de la situation. Sans réaction, c’est la Ligue 2 assurée…

    9 défaites au cours des 11 derniers matchs de Ligue 1 : seul Toulouse a fait pire cette saison. Et on ne trouvera personne pour parier un euro sur le maintien du TFC en Ligue 1 au terme de la saison… Une série catastrophique qui met les Verts en grand danger pour la suite de la saison. Car, en dehors de Toulouse, aucune équipe ne paraît condamnée d’avance. Même si Amiens (19ème) paraît décroché, on a pu voir contre le PSG samedi que l’équipe de Luka Esner avait des ressources. Idem pour Nîmes qui vient d’aligner quatre succès de suite (et a quitté la zone rouge), alors que Dijon comme Metz avancent doucement avec 5 points pris au cours de leur trois derniers matchs.

    Aujourd’hui, Saint-Etienne pointe à la 16ème place, avec un seul point d’avance sur Nîmes (17ème), deux sur Dijon (18ème) et heureusement, encore 7 sur Amiens (19èmes). Mais ces écarts pourraient encore évoluer au cours des quatre prochaines journées. Les Verts vont accueillir deux des meilleures équipes de Ligue 1 à l’extérieur (Reims et Bordeaux) avec au milieu un déplacement à Lyon pour le derby. Et le 15 mars pour le compte de la 29ème journée, les hommes de Puel seront à Monaco… Autant dire que sur la dynamique actuelle, il est difficile de pronostiquer plus de 3 ou 4 points sur les douze en jeu au cours des quatre prochaines journées… Surtout sans Khazri et Hamouma, encore à l’infirmerie pour un petit bout de temps…

    Franck Honorat : « Le staff, les supporters et nous les premiers ont peur de la situation. On n’a pas envie de finir en Ligue 2 »

    « Je suis inquiet, on fait partie des équipes qui devront batailler dans la course au maintien » a d’ailleurs reconnu tout haut pour la première fois Claude Puel après la défaite chez le promu brestois hier.

    Alors que les supporters pensaient que la qualification pour les demi-finales de la Coupe de France allait redonner confiance à l’équipe, il n’en a rien été. En Bretagne, les Stéphanois, dont la composition de départ avait encore changé (Perrin, Debuchy et Diony sur le banc, retour de Kolodziejczak comme titulaire) sont apparus timorés, fébriles et désorganisés. Quatre mois et demi après son arrivée à la place de Ghislain Printant, Claude Puel n’a toujours pas son équipe type. Certes, la succession de blessés a contrarié les plans de l’ancien monégasque (Khazri par exemple n’a pas dû jouer un seul match à 100% de sa forme…) mais les blessures n’expliquent pas tout. Trauco, Kolodziejczak, Honorat, Boudebouz, Béric (finalement sacrifié sur l’hôtel budgétaire), sans parler de Diony (liste non exhaustive) sont passés des tribunes au banc et au terrain, puis au banc, sans que l’on sache réellement pourquoi… Un joueur comme Abi aurait besoin d’aller s’aguerrir en Ligue 2 (sous la forme d’un prêt) avant d’être performant en Ligue 1… Même Ruffier ne donne pas l’impression d’être à son meilleur niveau, et surtout, d’évoluer en confiance.

    Franck Honorat, recruté en janvier 2019 à Clermont mais resté sous la forme d’un prêt dans son club avant de débarquer cet été, résume parfaitement la situation : « il y a le feu. On sait que ça va vite. Aujourd’hui, on est dans les derniers, explique-t-il dans des propos relayés par Le Progrès. « C’est la crise et il faut absolument gagner des matches. S’il faut mettre que des pins (sic) devant, on le fera. Tout le monde est inquiet. Le staff, les supporters et nous les premiers ont peur de la situation. On n’a pas envie de finir en Ligue 2 ».

    Il a fallu du temps (trop ?) aux Stéphanois pour se rendre compte que la situation était dangereuse. Aveuglés par la belle série de Puel à son arrivée (4 victoires et 2 nuls pour ses six premiers matchs), personne n’aurait pensé retrouver les Verts dans cette situation à la mi-février...


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club