En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Lutte contre l'homophobie, la réconciliation

    HORS-JEU

    Ligue 1

    HORS-JEU

    Lutte contre l'homophobie, la réconciliation

    12 sept. 2019

    Un communiqué officiel scelle le rapprochement

    Moins de 48 heures après la polémique déclenchée par les propos (maladroits) de Noël le Graët sur sa volonté de ne pas arrêter les matchs en cas de chants ou de banderoles homophobes dans les stades, propos qui allaient à l’encontre des précaunisations de la ministre des sports, c’est l’apaisement qui prime.

    Hier soir,   la ministre des Sports Roxana Maracineanu et le président de la Fédération française de football Noël Le Graët ont publié un communiqué commun dans le quel ils affirment partager « le principe d'une action qui doit être aussi résolue qu'adaptée et pragmatique ».

    Dans ce communiqué conjoint, le président de la FFF comme la ministre disent avoir « confiance au discernement des arbitres et des commissions de discipline » de la Ligue et de la Fédération et « invitent les associations de supporters et les clubs à s'unir pour construire ensemble une démarche pédagogique impliquant tous les acteurs, et lutter solidairement contre toutes les formes de discrimination en faveur du respect et du vivre ensemble. »

    Les arbitres décideront de l'arrêt des matchs

    Hier, Nathalie Boy de la Tour, la présidente de la LFP, a rencontré les supporters et les associations de lutte contre les discriminations pour tenter d’apaiser le climat. « « Longtemps on a toléré certains chants, mais la société ne les accepte plus, explique Nathalie Boy de la Tour, dans des propos rapportés par l’Equipe. On n'est pas très favorables à un lexique. On n'est pas contre la culture du chambrage, au contraire. On peut chambrer en employant des mots qui ne sont pas dans la discrimination, qui est un délit. Mais le football n'est ni raciste ni homophobe ». La présidente de la LFP s’est aussi pronnoncé sur l’arrêt des matchs, qu’elle n’approuve pas non plus. « L'arrêt de match n'est pas la solution idoine, estime la présidente de la Ligue. Ça prive tout le monde d'un événement attendu. C'est une solution extrême. »

    Toutefois, aucune consigne officielle n’a été donnée aux arbitres. Le protocole reste clair : en cas d’incidents (chants, banderoles, homophobes ou racistes), c’est au délégué du match d’alerter l’arbitre et seulement à ce dernier, de décider si oui ou non cela nécessite l’arrêt du match. « Avec discernement ».

     


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club