En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    OM-Monaco, trajectoires opposées

    Ligue 1

    OM-Monaco, trajectoires opposées

    12 janv. 2019

    > OM - Monaco (dimanche, 21h)

    Il y a encore deux mois, cela aurait presque été une formalité pour l’Olympique de Marseille. Malgré les difficultés en Ligue Europa, les Phocéens assuraient en championnat alors qu’en face, Thierry Henry ne trouvait toujours pas la solution pour sortir Monaco de la zone de relégation. Mais depuis, le contexte a changé. A tel point que l’on pourrait presque penser que c’est l’ASM qui est favori pour le match de demain soir...

    Pour commencer, il y a le contexte du match

    Alors que l’on pensait que l’OM avait touché le fond lors de la campagne européenne, d’où il est ressorti humilié et meurtri, et souhaitait repartir de l’avant en 2019, le club amateur d’Andrézieux-Bouthéon (National 2) est venue faire une sale piqure de rappel, plongeant le club dans la crise. Déjà excédés par les résultats de la fin de l’année (6 matchs de suite sans gagner), les supporters sont au bord de l’implosion. « On espère une défaite contre Monaco pour que Garcia dégage » a même déclaré le président des South Winners. Mais Garcia, s’il est le premier fusible que les supporters veulent voir sauter, n’est pas le seul à focaliser une tension poussée à l’extrême. Notamment depuis que Rachid Zeronal, vice-président des Winners a révélé à France Bleu Provence que le club avait contacté son groupe pour que celui-ci fasse une vidéo aux joueurs dans le but de les remotiver. Les dirigeants marseillais ne recevront aucun soutien de la part des supporters pour préparer le match capital de demain soir. «  Une réunion avec le club ? On a tous refusé, continue Rachid Zeronal. C’est trop tard. Garcia a fait le malin depuis le début, ils nous ont ignorés, il nous a méprisés, il nous a écrasés ».

    Les mots sont terribles. « Il nous a fait subir toutes les étapes de l’humiliation jusqu’à Andrézieux. On voulait parler aux joueurs et à Rudi Garcia pour crever l’abcès avant que ça explose. C’est trop tard. On n’accepte pas, on n’accepte plus. Garcia doit partir, il faut un déclic ».

    Un staff « nauséabond », des joueurs « dégoûtants » et une direction « répugnante ».

    On l’a compris, c’est surtout la communication de Garcia qui le met plus que jamais en première ligne. Mais ce n’est pas le seul à être visé.

    Dans un communiqué très agressif à l’encontre de toutes les composantes du club, les South Winners promettent un « typhon » dans les gradins du Vélodrome demain soir. Ils jugent le staff « nauséabond », les joueurs « dégoûtants » et la direction « répugnante ». Et surtout, demandent aux gens de venir au Vélodrome pour chanter à l’unisson « Garcia démission ».

    Résultat : depuis mercredi, les CRS gardent l’entrée da la Commanderie, où les joueurs sont restés cloitrés de longues heures pour mettre tout à plat dans l’espoir de trouver des solutions.

    Monaco est requinqué

    Sportivement, Monaco est en train de rééquilibrer les débats. Alors que l’expérimenté Naldo est déjà à pied d’œuvre depuis deux matchs (victoire en Coupe de France et qualification aux tirs au but en Coupe de la Ligue), Rony Lopes a fait un retour remarqué, alors que Ballo-Touré et Fabregas, dont les transferts ont été officialisés cette semaine, sont qualifiés pour jouer dimanche. Golovin aussi a fini de purger ses 3 matchs de suspension et sera à la disposition d’Henry. Si on y a joute le regain de confiance des autres joueurs, provoqués par les deux bons résultats de 2019, mais aussi l’arrivée d’un joueur comme Fabregas, on est en droit de penser que l’ASM sera du niveau de l’OM.

    Avec Fabregas, sans Mandanda ni Payet ?

    En conférence de presse, Rudi Garcia a annoncé des « mesures drastiques ». Selon nos informations, le coach parlait surtout d’aménagements dans le fonctionnement du groupe. Va-t-il aussi choisir d’écarter certains titulaires inamovibles depuis le début de saison ? Certains voient à travers cette solution la seule façon de relancer un groupe incapable de réagir. Deux cadres sont menacés : Mandanda, coupable sur les deux buts encaissés face à Andrézieux (après plusieurs grossières erreurs depuis le début de saison) et Payet, transparent depuis deux mois. Germain, Amavi ou Caleta-Car sont amenés à quitter le club avant la fin du mois. Radojnic pourrait avoir sa chance, même s’il a été décevant les rares fois où Garcia a fait appel à lui, Luiz Gustavo glisser en défense centrale (sûrement au milieu d’une défense à 3) et Strootman être confirmé au milieu.

    Côté Monégasque, on peut s’attendre à voir Benaglio, Falcao, Rony Lopes, Fabregas et Ballo-Touré alignés d’entrée de jeu, avec le retour de Golovin sur le banc (pour la dernière demi-heure). Si on ajoute Glik, Jemmerson, Naldo et Tielemans, ça fait plus beaucoup de place pour les « baby monégasque » et ce n’est pas forcément une bonne nouvelle pour l’OM.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club