En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    « On ne leur rend pas assez l’amour qu’ils nous portent ! »

    Marseille

    Ligue 1

    Marseille

    « On ne leur rend pas assez l’amour qu’ils nous portent ! »

    13 juil. 2019

    ENQUETE : l'OM et l'Algérie

    Suite de notre enquête sur les rapports entre l’OM et l’Algérie avec l’interview de Laurent Colette. Le directeur général de l'OM avoue que tout reste encore à faire pour un club qui n'a jamais vraiment exploité son énorme popularité dans les pays du Maghreb.

    Comment abordez-vous vos relations avec l'Algérie ?

    Autant que la musique ou le cinéma, le football est en passe de devenir le premier spectacle du monde. Dans ce contexte, si on veut exister, on se doit de sortir de notre cocon franco-français, et d'être présent à l'international bien davantage que ce que sommes. Et sur la planète foot, il y a des territoires où, historiquement, culturellement, nous sommes mieux placés que d'autres. Les pays d'Afrique francophone font partie de ces territoires où l'OM est aimé, et très suivi. En Algérie par exemple, sans avoir jamais fait grand chose pour ça, nous avons 700 000 followers sur Facebook, ce qui n'est pas négligeable et témoigne de notre popularité. On ne le leur rend pas encore assez l'amour qu'ils nous portent.

    Que mettez-vous en place pour améliorer votre présence là-bas ?

    Le chemin va être long, mais l'idée est de travailler sur trois axes principaux. Au niveau sportif, pour offrir aux jeunes talents locaux la possibilité de réaliser leur rêve : jouer à Marseille. En raison de son climat et de son importante communauté africaine, ils y auront plus de facilités de s'intégrer qu'aux Pays-Bas ou en Allemagne, nous devons absolument mettre en place des structures pour détecter les meilleurs jeunes. Deux écoles de football existent déjà en Algérie et en Tunisie, nous devons continuer à ancrer notre présence. Au niveau économique, en collaboration avec notre équipementier, l'objectif est de permettre à tous les supporteurs du club un accès plus facile à nos produits dérivés. Pour la première fois, Puma ouvre un magasin propre à Casablanca, au Maroc, dans lequel nous aurons un "corner" 100% OM. Enfin, au niveau stratégique, à travers notre fondation, nous sommes supports de sociétés africaines, notamment des start-up, pour leur faciliter l'accès au marché français.

    « Si on peut déjà susciter des vocations, créer des dynamiques et des passerelles, agir aussi dans le social… »

    Finalement, très peu de joueurs maghrébins ont réussi à l'OM, n'est-ce pas un échec ?

    Comme avec notre programme Next Generation, qui doit nous rapprocher des clubs de la région, notre objectif, à terme, est d'avoir une équipe qui ressemble à la ville, c'est-à-dire, cosmopolite et méditerranéenne. Mais ça va prendre du temps car nous ne voulons pas nous disperser. Et avant d'éventuellement aller voir du côté de l'Amérique du Sud notamment, si nous pouvons aussi développer notre image, on se doit de commencer par un territoire où nous avons beaucoup de supporteurs et un ancrage fort. On ne veut pas se disperser. On sait très que nous n'allons pas doubler notre chiffre d'affaires grâce à ça, mais si on peut déjà susciter des vocations, créer des dynamiques et des passerelles, agir aussi dans la social, on aura réussi.

    > Retrouvez l'enquête complète dans le magazine Le Foot Marseille, actuellement en vente chez votre marchand de journaux.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club