En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    PSG, le 4-4-2, c'est fantastique !

    STORY 2019/2020

    Ligue 1

    STORY 2019/2020

    PSG, le 4-4-2, c'est fantastique !

    17 mars 2020

    Le jour où le 4-4-2 de Tuchel est né

    C’était le 7 décembre dernier lors de la 17ème journée de championnat. Pour la première fois de la saison, Thomas Tuchel alignait quatre joueur offensifs ensemble dans un 4-4-2 inédit. La formule avait bien été testé 45 minutes en Ligue des Champions 8 jours plus tôt à San Bernabeu (Neymar était entré à la mi-temps à la place de Gueye, avant qu’Icardi ne soit remplacé par Sarabia) mais avait été jugée peu convaincante par l’entraîneur allemand.

    A la Mosson, sur les terres d’un adversaire qui lui a fait mordre la poussière la saison dernière, Tuchel a aligné pour la première fois au coup d’envoi quatre "attaquants" (en l’occurrence Neymar, Sarabia, Mbappé et Icardi) pour deux récupérateurs (Paredes et Gueye). Une victoire, certes difficile, 3-1, valide les choix du technicien qui renouvelle l’expérience à Saint-Etienne une semaine plus tard. Avec Di Maria (préservé à Montpellier) à la place de Sarabia et Marquinhos à celle de Paredes (Verratti étant de retour de blessure), le PSG s’impose 4-0 dans le Forez et confirme qu’il est possible de gagner avec 4 joueurs offensifs sur le terrain. A condition que ces derniers fassent les efforts défensifs obligatoires pour l’équilibre de l’équipe. Ce qui sera le cas jusqu’au fameux 3-3 contre Monaco au Parc des Princes (20ème journée).

    « Je pense que c’est un très bon mix, on va rester comme ça »

    Ce jour-là, nombreux sont ceux qui mettent en doute ce système face aux grosses équipes. « Je ne vois pas Neymar jouer milieu gauche en Ligue des Champions », explique notamment Bertrand Latour sur le plateau de l’Equipe TV. « Je ne pense pas qu’il soit capable de faire des allers et retours pour défendre face à l’arrière droit d’une équipe comme Dortmund ». A Louis II trois jours plus tard, Tuchel brave les doutes et aligne encore son 4-4-2 très offensif. Cette fois ça fonctionne, Paris gagne 4-1.

    Début janvier déjà, Tuchel avait levé les doutes. « Je pense que c’est un très bon mix, on va rester comme ça », expliquait l’entraîneur parisien qui, au lendemain de Madrid, avait mis les choses au point avec ses stars qui l’avaient assuré de leurs efforts. Le retour en arrière du match aller contre Dortmund (avec un 3-4-2-1 qui a surpris tout le monde) sera finalement oublié après la qualification obtenue au match retour avec une équipe alignée en 4-4-2 et des joueurs comme Neymar et Di Maria exemplaires dans le travail défensif. Un succès travaillé depuis trois mois en Ligue 1.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club