En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Sylvinho, 9 matchs et puis s'en va...

    LIGUE 1 2019/2020 STORY

    Ligue 1

    LIGUE 1 2019/2020 STORY

    Sylvinho, 9 matchs et puis s'en va...

    17 mars 2020

    Le jour où Aulas a viré son 5ème entraîneur en 32 ans

    Suite de notre plongée dans les 28 premières journées du championnat, à travers des faits marquants, des anecdotes, des exploits... Retour sur le 7 octobre 2019 quand, au lendemain du derby, Jean-Michel Aulas décide de se séparer de Sylvinho...

    Robert Béric n’a pas fini de hanter les nuits de Sylvinho. En offrant le derby à Saint-Etienne sur un coup de tête dans les arrêts de jeu, le 6 octobre 2019 (9ème journée), l’attaquant Solvène des Verts aura provoqué la mise à l’écart de l’entraîneur brésilien. Après un départ prometteur (3-0 à Monaco et 6-0 contre Angers), l’OL venait de boucler son 7ème match sans gagner. La défaite dans le Forez, la 4ème, était celle de trop. Dès le lendemain, la sentence tombait : « l’OL a décidé de mettre en œuvre une procédure pouvant aboutir à la rupture du contrat de travail de Sylvinho », écrit l’OL dans un communiqué.

    En 32 ans de présidence, c’est seulement la cinquième fois que le président Aulas décide de se séparer d’un entraineur en cours de saison, après Nouzaret (1987), Papas (1988), Stephan (1996) et Fournier (2015). Au soir de la 9ème journée, l’OL pointe à la 14ème place avec 9 points, un petit point devant la lanterne rouge, Dijon.

    En décidant de se séparer de l’entraîneur choisi par Juninho (qui avait même fait de la venue de Sylvinho une condition à son retour à Lyon), Aulas valide l’échec de sa nouvelle politique (nomination d’un directeur sportif, prise de recul…) et décide de recruter Rudi Garcia dans la foulée. L’ancien coach de l’OM, pourtant très décrié après une dernière saison compliquée, détesté par les supporters lyonnais dont il a souvent été un des principaux ennemis, pose ses valises à Lyon le 14 octobre. Cinq mois plus tard, les rancœurs sont toujours là. L’équipe prend désormais 1,63 point par match (contre 1 point avec Sylbinho), mais l’écart s’est creusé avec les équipes de tête et les rêves de podium se sont envolés.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club