En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Lassana Diarra, du Havre à Paris, 15 ans mouvementés

    RETRO

    Lassana Diarra, du Havre à Paris, 15 ans mouvementés

    21 févr. 2019

    Retour sur la carrière du nouveau retraité

    15 ans après ses débuts en pro à l'âge de 19 ans sous les couleurs du Havre (Ligue 2), Lassana Diarra vient d'annoncer officiellement son départ à la retraite. Retour sur une carrière atypique et mouvementée...

    C’était dans l’air depuis plusieurs semaines, c’est désormais officiel depuis cet après-midi : Lassana Diarra a définitivement raccroché ses crampons. « Le moment est venu de raccrocher les crampons » a écrit le joueur du PSG sur son compte officiel. « Je ne dis pas que j’ai tout fait parfaitement, mais je l’ai fait avec cœur, passion et bienveillance ».

    En 15 ans d’une carrière professionnelle débutée en 2004 au Havre, le joueur né à Paris le 10 mars 1985 a connu 10 clubs, connu 34 sélections et remporté de nombreux titres, même si son palmarès (aucun titre européen) n’est pas à la hauteur de sa longévité au plus haut niveau.

    « Lass », comme indiqué au dos de son maillot, débute sa carrière au Havre à l’âge de 19 ans Non seulement il s’impose comme un titulaire indiscutable dans l’équipe normande (en Ligue 2) mais il séduit les plus grands clubs européens. C’est finalement vers Chelsea que file Diarra où il jouera très peu. Quand Mourinho, alors entraineur des Blues fait appel à ses services, c’est pour le faire jouer latéral droit. « Lass » apprend toutefois beaucoup dans l’ombre de Makélélé mais doit surtout se contenter des rencontres de coupe, avec seulement 13 apparitions en Premier League en deux ans (et un titre de champion d’Angleterre quand même en 2006 pour 3 apparitions en Premier League).

    4 mois à Arsenal et puis s’en va…

    Ambitieux et compétiteur, la situation ne lui convient pas. A la fin de l’été 2007, il part pour Arsenal où il restera… 4 mois. Utilisé à 7 reprises seulement par Wenger, il clame rapidement tout haut son désir de jouer davantage et quitte les Gunners dès le Mercato. C’est à Portsmouth que Diarra va prendre son envol. Il ne sera que de passage dans le club de l’ile de Porstea dans le nord de l’Angleterre. Une deuxième partie de saison 2007/2008 et une première partie de la suivante. Le temps de remporter le Coupe d’Angleterre et il signe au Real Madrid en janvier 2009. Il repartira trois saison et demi plus tard, après avoir remporté une Liga, une coupe d’Espagne et une supercoupe d’Espagne.

    Joueur à la carrière atypique, « Lass » prend une destination exotique au cœur de l’été. En manque de temps de jeu avec la Maison Blanche, il s’engage avec l’Anji Makhatchkala, racheté par le controversé milliardaire russe Suleyman Kerimov, qui construit son équipe à coups de millions. Mais un an plus tard, l’ambitieux projet de Kerimov tombe à l’eau. Les gros salaires doivent quitter le club. Lors de l’été 2013, « Lass » découvre ainsi son 7ème club : le Lokomotiv Moscou.

    Rendez-vous manqués avec les Bleus

    Au bout d’un an, ça se gâte pour le Français. Pendant ses vacances, il apprend que le club veut faire baisser son salaire ou se séparer de lui. S’engage alors un bras de fer avec les Moscovites qui va mal se terminer. Pendant une saison complète, le Français (qui a failli s’engager avec l’Inter Milan en janvier 2015) ne joue pas.

    En juillet 2015, c’est l’Olympique de Marseille qui va lui offrir une véritable résurrection. Libre (enfin le pense-t-il), le Parisien s’engage avec le club marseillais (sans que l’on connaisse exactement les détails du contrat). On l’annonce sur le déclin, hors de condition après 12 mois sans jouer, mais il s’impose très vite comme le patron de l’OM. Dans la foulée, il retrouve même l’équipe de France en octobre 2015, deux ans après avoir annoncé la fin de sa carrière internationale. Au mois de mai, il fait d’ailleurs partie de la première liste des 23 pour l’Euro 2016, avant de déclarer forfait en raison d’une inflammation au genou. Un forfait qui résume son rendez-vous manqué avec les Bleus. Six ans plus tôt, alors qu’il préparait la Coupe du monde 2010 à Val d’Isère, il avait déjà dû déclarer forfait en raison de douleurs intestinales.

    Sa deuxième saison à Marseille sera plus compliquée. Diarra a 31 ans et voit sa situation entourée d’un imbroglio avec ses dirigeants. Alors qu’il se considère libre, le club réclame 10 millions d’euros (ceux demandés par l’Anji Makhatchkala), pour le laisser partir. Il reprend finalement la saison avec Marseille en trainant les pieds avant de résilier son contrat au mois de février, puis de signer aux Emirats Arabes Unis deux mois plus tard.

    Tuchel préfère les jeunes

    C’est à Al-Jazira, en janvier de l’année dernière que le PSG, empêtré dans ses problèmes de sentinelle, va le chercher. Mais, comme pour ses prédécesseurs (Krychowiak, Cabaye, Stambouli…) Lassana éprouvera les pires difficultés à s’imposer. Si Emery l’intègre volontiers dans son turnover (10 apparitions en Ligue 1), Tuchel préfère faire confiance aux jeunes. S’il est titulaire lors du Trophée des Champions face à Monaco, il ne participe qu’à trois matchs de championnat avant de jeter l’éponge en fin d’année dernière. Son départ à la retraite était attendu depuis plusieurs semaines.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club