En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Bancs mouvants...

    Ligue 1

    Transferts

    Ligue 1

    Bancs mouvants...

    20 mai 2019

    Le retour de Puel plébiscité...

    Après Lyon, Marseille, Saint-Etienne et Nantes devraient changer d’entraîneur cet été. Alors que Casanova (Toulouse) n’est pas à l’abris non plus... Claude Puel est cité pratiquement partout pour les remplacer...

    Après Lyon et le départ annoncé de Bruno Genesio remplacé par Sylvinho, sous la houlette de Juninho, nouveau directeur sportif des Gones (voir encadré), plusieurs entraineurs de Ligue 1 sont dans une situation très instable. De Marseille, où Rudi Garcia est déjà en train de préparer ses valises, à Nantes, où les relations entre Halilhodzic et la famille Kita est de plus en plus tendue, en passant par Saint-Etienne, qui va continuer sans Jean-Louis Gasset, en passant par Toulouse, ou Alain Casanova n’est pas assuré d’être l’entraîneur à la reprise de la prochaine saison. Après les nombreux mouvements en cours de saison (Guingamp, Rennes, Nantes, Dijon, Bordeaux et Monaco ont vu défiler les techniciens sur le banc), le métier d’entraîneur est de plus en plus précaire.

    Marseille

    Si Franck Mc Court a confirmé Jacques-Henry Eyraud dans ses fonctions, contrairement au souhait des supporters qui auraient voulu un grand coup de ballet, la tête de Rudi Garcia en revanche devrait bien tomber. Même si les 15 M€ que pourrait couter son départ (et celui de son staff) risquent de faire durer les négociations (l’idéal serait un transfert qui pourrait payer une partie des indemnités…). La liste de ses successeurs potentiels n’en finit plus de s’allonger. De Puel (désiré) à Ravanelli (qui a fait acte de candidature mais pas obligatoirement comme entraineur), en passant par Blanc (le choix préférentiel de McCourt) ou Ranieri qui présente le profil quasi idéal (voir encadré).

    Saint-Etienne

    Contrairement à Marseille, Saint-Etienne a réussi une saison exceptionnelle. Sans doute la meilleure de son histoire, en terminant à la 4ème place et en ayant même failli un instant s’emparer de la 3ème avec des rêves de Ligue des Champions, 38 ans après la dernière participation (au tour préliminaire). Malgré le temps de la réflexion, Jean-Louis Gasset va bien quitter les Verts en fin de saison. Celui qui était arrivé en décembre 2017 pour prendre seul les commandes de l'équipe en janvier 2018, avec des résultats incroyables (100 points pris en 56 matches au total et une 4ème place exceptionnel avant même la 38ème journée) n'est plus en phase avec le duo Romeyer-Paquet et n'envisage pas de rester sur le banc.

    Au cours des dernières réunions avec les dirigeants stéphanois, Gasset s'est heurté à un mur bâti par le vice-président et le directeur général qui lui ont clairement ouvert la porte pour un départ, malgré le soutien de Caïazzo. 2 contre 1 : la situation était perdue d'avance pour Gasset qui pourrait rejoindre Montpellier où un poste de directeur sportif lui est proposé.

    Pour le remplacer, Romeyer rêve de Puel, alors que le nom de Kombouaré, déjà évoqué dans le passé est également cité.

    Nantes

    Rien ne va plus entre Vahid Halilhodzic et la famille Kita. En désaccord total avec la politique sportive (voir encadré), celui qui a réussi des miracles avec les Canaris malgré une situation sportive et émotionnelle très délicate après la disparition d’Emiliano Sala, ne devrait pas rester. Un 15ème entraineur devrait donc s’asseoir sur le banc du FC Nantes depuis 2008 et le rachat du club par Waldemar Kita. Comme pour l’OM et Saint-Etienne, Claude Puel aurait la préférence du patron du club. Mais on voit mal l’ancien coach de Leicester, qui avait déjà eu du mal à supporter les intrusions de Jean-Michel Aulas dans son travail, réussir à travailler avec lui. Depuis quelques jours, la piste menant à Mickaël Landreau prend du poids. L’emblématique ancien gardien des Canaris est disponible depuis que Lorient a décidé de l’évincer. Son profil (ancien glorieux joueur) plairait tout particulièrement au président nantais.

    Toulouse

    Arrivé l’été dernier pour relancer un club qui avait évité la catastrophe de justesse (se sauvant grâce au barrage face à l’AC Ajaccio), Alain Casonva n’a pas réussi à donner un nouvel élan au TFC. 14ème à la trêve, le club du sud ouest a passé quasiment toute la saison (en dehors d’un mois d’août réussi) sous la menace de la relégation. Et sans les exploits de Gradel (11 buts et 5 passes décisives), il ne s’en serait probablement pas sorti.

    Ce qui peut sauver Casanova, c’est la situation économique du club. Alors qu’il reste deux ans de contrat à l’ancien entraineur de Lens, son départ couterait cher. Celui qui a déjà connu cette situation à Toulouse (il avait été évincé de son poste en mars 2015 et remplacé par Arribagé) pourrait cette fois rester en poste. Même si les noms de Garande (ex Caen) ou Landreau (ex Lorient) circulent.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club