En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Buffon : « doublure, ce n’était pas pour moi »

    Paris-SG

    Transferts

    Paris-SG

    Buffon : « doublure, ce n’était pas pour moi »

    16 juin 2019

    L'Italien explique son départ du PSG

    Quelques jours après l'officialisation de son départ du PSG, Gianluigi Buffon explique pourquoi il a refusé la proposition du club de la capitale. Il ne se sentait pas capable de débuter la saison en tant que n°2...

    Comme nous vous l’avions expliqué dans nos précédents articles, c’est bien parce qu’il ne souhaitait pas aborder la saison dans la peau d’un n°2 que Gianluigi Buffon a décidé de quitter le PSG, refusant l’année de contrat supplémentaire proposée (comme rendue possible par son contrat). « Il y a cinq mois, le PSG m'avait expliqué que je serais le deuxième gardien la saison prochaine, explique le mythique gardien de but italien dans un entretien accordé à Le Corriere dello Sport paru ce dimanche. Depuis janvier, j'ai eu tout le temps d'y réfléchir et j'en suis arrivé à la conclusion que ce n'était pas pour moi. Alors j'ai renoncé à beaucoup d'argent (8 millions, selon le Corriere) et à une option d'un an ».

    Si l’ancien gardien de la Juventus comprend parfaitement la position du PSG (« Leur proposition était tout à fait légitime, et l'offre attractive »), il explique qu’il ne pouvait l’accepter. « A 41 ans, j'ai ce besoin presque physique de ressentir des émotions... » Ce qu’il ne pensait pas possible dans un simple rôle de doublure. « Aujourd'hui je me sens dans le même état d'esprit que l'été dernier, poursuit-il. Je suis serein, relaxé. Tout est ouvert pour moi, et tout peut se décanter dans un an comme dans quinze jours. De bonnes propositions me sont déjà parvenues, mais si je n'ai pas la motivation suffisante pour un projet, je peux tout à fait me donner une année rien qu'à moi. Une année d'entraînement. »

    Si on lit un peu entre les lignes, en interprétant ses propos comme un besoin de remise en question permanent, et surtout de compétition, on le voit mal passer un an à s’entraîner seul. A moins que ce ne soit une forme de retraite non avouée…


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club