En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Faut-il aimer Balotelli ?

    Transferts

    Faut-il aimer Balotelli ?

    7 janv. 2019

    Portrait

    Il a 28 ans mais fait parfois penser à un sale gosse trop gâtée. Actuellement dans le creux de la vague, mais auteur de deux belles saisons avec Nice entre 2016 et 2018, l’attaquant italien peut se relancer en même temps que l’OM...

    Tous ceux qui ont vu le reportage d’Intérieur Sport consacré à Patrick Vieira sur Canal+ savent comment Mario Balotelli est difficile à gérer. Patrick Vieira, lui, a fini par dire : “stop”. Après avoir tout fait pour tenter de remettre le buteur italien dans le sens de la marche (excepté changé sa façon de jouer), le champion du monde 98 a abdiqué. Et au début du mois, c’est sans regret que l’entraîneur et le vestiaire de l’OGC Nice assistaient à la rupture entre l’international italien et le club.

    Absent le jour de la reprise pour mieux réfléchir à son départ, l’attaquant des Aiglons est revenu avec ses avocats pour négocier la résiliation de son contrat. Le lendemain, l’OGC Nice faisait savoir que celle-ci ne sera entérinée que lorsque Balotelli aura trouvé un nouveau club. Autrement dit, le joueur de 28 ans a jusqu’au 31 janvier pour trouver un point de chute et donc casser le contrat qui le lie au club niçois jusqu’à la fin de la saison. Pendant ce temps-là, charge à lui de s’entraîner pour se maintenir en forme. Sans qu’il y ait de chances de le voir porter le maillot rouge et noir avant. En fait, sauf retournement de situation peu probable, Balotelli ne portera plus le maillot de l’OGC Nice. 28 mois après son arrivée surprise en sur la Côte d’Azur, en août 2016, le dernier jour du mercato estival, le Sicilien laisse l’image d’un joueur hors norme à tous les points de vue. Autant par son talent incroyable, à l’image de ses deux saisons pleines durant lesquelles il inscrit 33 buts en 51 matchs de Ligue 1, mais aussi de son égo surdimensionné qui lui fera manquer la reprise cet été, espérant profiter de sa bonne saison (5ème meilleur buteur de Ligue 1 avec 18 buts) pour trouver un club plus huppé. Une préparation tronquée qui va avoir une influence considérable sur sa saison. Surtout que Lucien Favre est parti, tout comme Alassane Plea, son partenaire d’attaque préféré (qui court beaucoup et lui fabrique des espaces) et que Patrick Vieira n’a pas tout à fait la même philosophie de jeu. Seul en pointe, l’Italien est bien moins souvent approvisionné de ballons que lors de ses deux premières saisons. Devant les caméras de Canal+ qui filment ses colères et ses bouderies après ses sorties en cours de jeu, l’Italien reconnaît qu’il ne se sent pas à l’aise dans le système de jeu mis en place par Vieira.

    A Guingamp, le 1er décembre dernier, alors que Nice face un match catastrophique contre le dernier du championnat, c’est l’ultime coup de grâce. Balotelli ne supporte pas d’être sorti par Vieira à un quart d’heure de la fin. « Je ne suis pas l’entraîneur de Balotelli mais de l’OGC Nice », répond sans cesse le coach des Aiglons aux envies de jouer autrement de son joueur. Pour toucher plus de ballons, frapper plus souvent au but et marquer. Pour Vieira, c’est avant tout un problème de comportement lié à un déficit physique. Avec ce constat terrible que dresse tout le club : nous sommes au mois de décembre et Baloletti n’est toujours pas à 100% physiquement ! Quatre jours plus tard lors de la réception d’Angers (0-0), Vieira se paye son attaquant pour la dernière fois. Il le sort peu après l’heure de jeu, avant de l’écarter pour les derniers matchs de la phase aller. Le divorce est consommé.

    A l'OM, il fait débat...

    Aujourd’hui, à quoi peut ressembler l’avenir de Mario Balotelli ?

    Annoncé tout proche de rejoindre l’Olympique de Marseille, son cas faisait débat. Si Jacques-Henri Eyraud pourrait avoir le dernier mot en l’imposant, Rudi Garcia et Andoni Zubizarreta s’interrogent sur la faculté de l’Italien à renaitre de ses cendres après une première partie de saison fantomatique. Si ses excès et son caractère font peur au staff, son talent fait rêver les supporters. Le président de l’OM voit en lui le joueur capable de réveiller le groupe, comme endormi par l’épopée européenne de la saison dernière.

    Rudi Garcia, qui comme beaucoup a vu le reportage sur Patrick Vieira, est un peu inquiet à l’idée d’ouvrir les portes de son vestiaire à Balotelli.

    Depuis ses débuts chez les professionnels, en 2008 à l’Inter Milan, sa carrière est freinée par son attitude, souvent imprévisible et provocante. En 2009, José Mourinho, alors entraineur de l’Inter (les deux hommes gagneront ensemble la Ligue des Champions en 2010) est le premier à l’écarter en raison de son comportement. A Manchester City, c’est une bagarre à l’entraînement qui le pousse à quitter le club pour retourner à Milan où ça se passe plutôt bien sur le terrain. A tel point qu’il est de nouveau appelé par la Premier League. Annoncé à Arsenal, il se heurte au refus de Wenger et atterri à Liverpool qui cherchait un remplaçant à Luis Suarez, parti à Barcelone. Mais cette fois, au delà de ses frasques en dehors des terrains, Balotelli a du mal à être performant sur le terrain. De nouveau de retour au Milan AC pour tenter de se relancer, il ne marque qu’un seul petit but en 20 apparitions en Série A. C’est à ce moment là que l’OGC Nice devient sa planche de salut. Pour un montant pas révélé mais très faible, l’Italien franchit les Alpes et trouve à Nice le club idéal pour se relancer. Il retrouve même la sélection italienne quatre ans après l’avoir quitté après la Coupe du Monde 2014. Mais son retour sera sans lendemain.

    L’histoire d’amour avec Nice a duré deux ans. Aujourd’hui, l’attaquant sicilien est devenu un immense pari à 400 000 euros par mois, que de moins en moins de clubs ont envie de relever. Mais un pari que l’OM pourrait relever. Ceux qui le connaissent bien disent que le contexte, l’ambiance du Vélodrome, la passion des supporters, la pression du résultat… peut lui permettre de redevenir le Balotelli de l’Euro 2012. Vous vous souvenez ? Celui qui célébrait son doublé en demi-finale contre l’Allemagne torse nu, pectoraux gonflés et abdominaux saillants…


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club