En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Hernandez sur les traces de Lizarazu

    BAYERN MUNICH

    Transferts

    BAYERN MUNICH

    Hernandez sur les traces de Lizarazu

    19 mai 2019

    GROS PLAN

    Bixente Lizarazu était arrivé au Bayern un an avant son titre mondial de 1998. Lucas Hernandez y déboule un an après avec le même statut de champion du monde et les mêmes attentes de la part d'un club qui a appris, avec le temps, à apprécier la rigueur des défenseurs français. Les temps ont bien changé...

    Il est fini le temps où le football français s'inspirait des défenseurs allemands, les Förster, Stielike, Beckenbauer, Kaltz, Sammer, Augenthaler, Briegel, Brehme ou Briegel. Fini le temps où la discipline germanique tranchait avec le laxisme de footballeurs français et finissait toujours par avoir le dernier mot. Depuis que les Bleus de 1998 ont prouvé que nous pouvions, aussi, former de grands défenseurs, les Allemands ne cessent de venir chercher en France ce qu'ils ne trouvent plus chez eux ; des défenseurs de niveau international. Après avoir testé l'idée avec Bixente Lizarazu, avoir constaté que le greffe pouvait prendre aussi à droite avec Willy Sagnol, les Munichois ont confirmé cette année, en accueillant Pavard et Hernandez, qu'ils restaient les premiers admirateurs des défenseurs à la française. Lizarazu les a tellement marqués, entre 1997 et 2006, pour 183 matches de championnat, six Bundesliga, trois coupes et une Ligue des Champions. Sagnol les a tellement convaincus, entre 2001 et 2007, pour 184 matches de championnat, cinq Bundesliga, quatre coupes et une Ligue des Champions (la même en 2001), qu'ils n'imaginent pas ne pas revivre la même chose avec le même profil de joueurs, Pavard à droite et Hernandez à gauche.

    Le transfert le plus élevé de l'histoire de la Bundesliga,

    Et à y être, ils ont décidé d'y mettre le prix, 80 M€ (un contrat de cinq ans) pour arracher le gaucher de 23 ans à l'Atlético Madrid, soit le transfert le plus élevé de l'histoire de la Bundesliga, le quatrième transfert le plus important pour un joueur français, derrière Mbappé, Dembélé et Pogba, et juste devant Zidane... le juste prix pour des champions du monde ! « C'est le tarif aujourd'hui si on veut un top-player européen, nous dit Patrick Guillou consultant pour BeIn Sports sur la Bundesliga. Cela faisait longtemps qu'ils le suivaient. Et Lucas n'a certainement pas choisi la facilité car la concurrence sera importante, mais s'il a accepté c'est qu'il a dû recevoir des garanties, sur son temps de jeu, son poste, le système défensif qui sera en place, peut-être à trois défenseurs. » L'ancien défenseur finaliste de la Coupe du Monde 2006 en... Allemagne, Willy Sagnol, n'est pas surpris par l'intérêt bavarois pour ce qui vient de la France : « Parce que les joueurs français sont très bien formés et très flexibles, capables de s'adapter rapidement à plusieurs styles de jeu et de systèmes.« Ni surpris par l'attractivité d'un championnat allemand « qui n'avait pas toujours bonne réputation en France dans le passé. Mais avec les réussites de Ribéry, de Micoud, de Liza ou de moi-même, ces vingt dernières années, on regarde différemment la Bundesliga et les meilleurs n'hésitent plus à y aller avec la même ambition qu'en Premier League ou en Liga. » Cette saison, avant qu'Hernandez déboule, 23 Français jouaient en Allemagne, dont trois au Bayern (Coman, Ribéry, Tolisso) et deux en stand-by dont un, le gaucher s'apprête à recevoir le plus gros salaire de l'effectif, à égalité avec Lewandowski. « Il faut s'en réjouir, poursuit Guillou, car ça servira aussi à l'équipe de France. Le Bayern a souhaité avoir plus de tonicité, plus de vitesse, peut-être pour passer à une défense à trois et, pourquoi pas, utiliser Pavard et Hernandez dans l'axe également comme ils en sont capables tous les deux. Parce qu'il ne faut pas croire, avec Kimmich, Hummels, Boateng et Alaba, autrichien formé au Bayern, ils ont aussi ce qu'il faut en matière de champions du monde. »

    Une opération du genou à digérer

    Cinq ans après le titre mondial, les héros sont fatigués, éliminés de la Ligue des Champions en quarts de finale, relégués en D2 de la Ligue des Nations... « le foot allemand est à un tournant, en pleine remise en question, analyse l'ancien vert qui a joué à Bochum, et cherche à rebondir. Lorsque la Mannshaft a été compétitive, elle s'est souvent reposée sur un socle du Bayern, donc tout ce qui s'y passe est forcément décortiqué par tout le pays. Après avoir beaucoup misé sur le foot sud-américain avec des joueurs Brésiliens, Péruviens ou Paraguayens, ils misent aujourd'hui sur des Français et sur leur capacité d'adaptation. C'est valorisant pour nous, mais ça met forcément une énorme pression sur les épaules d'Hernandez et Pavard. » Car les deux néo-bavarois ont beau être champions du monde, ils sont encore jeunes et s'apprêtent à devoir assumer leur premier gros transfert. Qui plus est, pour Lucas, avec une opération au genou à digérer et un rythme à retrouver, lui qui n'est plus apparu en compétition officielle depuis le 9 février dernier contre le Real Madrid (1-3), son 110ème et dernier match avec les Colchoneros. Quand il rechaussera les crampons, il aura changé de monde.

    > Retrouvez cet article et toute l'actu des stars du foot dans le Foot Magazine, actuellement chez votre marchand de journaux.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club