En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Le drôle de jeu de Ben Arfa

    Rennes

    Transferts

    Rennes

    Le drôle de jeu de Ben Arfa

    14 mai 2019

    Il devrait quitter Rennes

    Après le nul concédé face à Guingamp au Roazhon Park dimanche (1-1), Hatem Ben Arfa a fait une sortie très énigmatique sur son avenir en Bretagne (« Je ne prends pas de plaisir et on doit être guidés par ça. Ce qu'on nous propose, c'est limité, donc ça oriente mon choix »). Celui que ses admirateurs vont jusqu’à dire qu’il est aussi talentueux que Neymar vient de boucler une saison finalement assez irrégulière (7 buts et 2 passes décisives en 26 matchs de Ligue 1), embellie par un parcours historique en Ligue Europa (dans lequel il a joué un rôle prépondérant, mais qui s’est toutefois arrêté en huitièmes de finale) et surtout, une victoire en Coupe de France.

    Incroyablement nommé parmi les 5 finalistes du Trophée UNFP du meilleur joueur de la saison (au côté de Neymar, Mbappé, Pépé et Di Maria), le joueur formé à Lyon semble bien décidé à en profiter pour faire monter les enchères. Libre de tout contrat, Ben Arfa a décidé de prendre son temps pour choisir son futur club, mettant au passage une forte pression sur le stade Rennais. Malgré le discours apaisant d’Olivier Létang avant la finale de la Coupe de France (« On a dit qu'on ferait le point en fin de saison. Forcément, une qualification européenne aurait un impact. Ça ne veut pas dire qu'il resterait à coup sûr, mais en tout cas c'est un joueur qui souhaite jouer et participer à des compétitions européennes, donc voilà... On fera le point, simplement fin mai, mais encore une fois dans le cadre de relations qui sont totalement transparentes et de confiance »), il apparaît aujourd’hui que les relations soient tendues entre les deux parties.

    Le problème, ce n'est pas le jeu, mais son salaire ?

    Et l’objet des tensions ne serait pas uniquement la façon de jouer du Stade Rennais, mais aussi son salaire, pourtant déjà un des plus gros de Ligue 1 (avec environ 360 000 euros mensuels).

    Si le joueur de 32 ans parle de « plaisir » avant tout, il apparaît assez difficile aujourd’hui d’y voir là sa seule source de préoccupation depuis 2010 et son départ de l’OM. Au sommet de sa carrière, le joueur formé à Lyon avait choisi Newcastle, ville du nord de l’Angleterre dont l’équipe est loin d’être réputée pour pratiquer le meilleur football de Premier League. Quelques années plus tard, alors qu’il réalise la meilleure saison de sa carrière à Nice (17 buts en 34 matchs), il quitte la Côte d’Azur qui n’a pas les moyens de contenter ses exigences salariales (malgré une proposition de prolongation avec un salaire approchant les 400 000 euros mensuels).

    Sur le point de s’engager avec le FC Séville, il signe au dernier moment pour le PSG qui lui verse 5 millions d’euros de prime à la signature et un salaire (indexé sur les ventes de maillots et avec de primes) qui peut aller jusqu’à 10 millions annuels. Un contrat en or que Ben Arfa ne lâche pour rien au monde, quitte à ne pas jouer pendant une saison complète. « Le plaisir » attendra…

    Sorti de son « calvaire » parisien, c’est en Bretagne que l’international français va retrouver les terrains. Alors qu’il n’a pas joué pendant un an, on s’attendait à le voir signer dès le mois de juillet, pour faire une solide préparation, mais ce n’est que le 2 septembre que le franco-tunisien officialise son engagement avec le club breton.

    En contact depuis plusieurs semaines avec Olivier Létang, qu’il a bien connu au PSG (avant ses déboires…), Ben Arfa va mettre du temps avant de tomber d’accord avec le Stade Rennais. Il obtient finalement un salaire estimé à plus de 360 000 euros mensuels.

    Aujourd’hui, Ben Arfa parle de « plaisir » mais veut surtout une augmentation que le Stade Rennais ne veut pas lui offrir. Et, quand on se rappelle notamment comment Olivier Létang a laissé partir Wahbi Kahri, l’été dernier, on doute que le club ne cède aux caprices de sa star. Si plusieurs clubs s’intéressent de près à lui, notamment les deux clubs de Séville en Espagne, rien ne dit qu’ils cèderont à ses exigences financières. Rien ne dit non plus qu’ils lui offriront ce plaisir tant recherché sur le terrain…

     


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club