En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    L’OM doit-il tourner la page Mandanda ?

    Marseille

    Transferts

    Marseille

    L’OM doit-il tourner la page Mandanda ?

    19 juin 2019

    Une des questions du mercato à Marseille...

    Présenté comme un monument en péril après une saison mitigée, « El Fenomeno » est, à 34 ans, à un (dernier) tournant de carrière. Ses prestations et ses statistiques sont suffisamment en baisse pour s'interroger sur la pertinence de lui trouver un successeur pour la saison prochaine...

    En décembre 2018, au pire moment de la saison de l'OM, Mandanda n'a été que d'un faible recours pour une défense olympienne aux abois. Avec un pourcentage de tirs arrêtés de 62,8%, il affichait en la matière le pire bilan statistique de sa carrière. S'il relevait un peu la tête ensuite, se rapprochant des 70%, il restait loin des meilleurs gardiens de L1 avec des pourcentages proches ou supérieurs à 80%. Avec un but encaissé toutes les 69 minutes, sur les trente premières journées de Ligue 1, il y allait aussi de son plus mauvais bilan lors des quatre derniers championnats vécus avec l'OM. Délaissé de son brassard de capitaine au profit de Payet la saison passée, jamais Mandanda n'avait paru aussi fragilisé au sein de l'effectif olympien. Pourtant, « il est toujours capable de sortir de gros matches à un très haut niveau car il conserve des qualités physiques exceptionnelles, insiste Christophe Lollichon, consultant sur Canal + et ancien entraîneur des gardiens de Chelsea... mais il est plus irrégulier. Il a pu paraitre hésitant sur certains choix, des relances, des sorties aériennes mal maîtrisées... ce qui a donné l'impression qu'il était fragilisé physiquement. » Et psychologiquement aussi, comme s'il ne parvenait plus à agir suffisamment sur le cours des choses, sur la vie du groupe, même si son statut de leader naturel n'a jamais été remis en cause par personne au sein du club. En première ligne pour parler aux supporteurs au plus fort de la crise sportive cette année, toujours disponible pour évoquer les maux de l'équipe face à la presse, parce qu'il ne fuit pas ses responsabilités, qu'il ne se cache pas, Mandanda est resté le boss. Malgré tout. Malgré son âge. Malgré ses prestations en demi teinte, et quelques buts dont il porte la responsabilité. Et aussi parce que le leadership de l'équipe n'est pas franchement assuré par Payet ou les autres cadres. « Ce n'est pas un scoop, à 34 ans, il est plus en fin de carrière qu'au début, poursuit l'ancien gardien olympien et consultant pour L'Equipe TV, Jérôme Alonzo, et forcément, même s'il a un bilan exceptionnel, il est soumis aux aléas de son âge. A l'instar d'un Buffon qui aura existé au très haut niveau international jusqu'à maintenant, Steve peut encore apporter énormément à un club comme l'OM. Certes, il a été moins décisif cette saison, a moins apporté de points que d'habitude, mais si les blessures l'épargnent, je le vois bien continuer encore deux ou trois ans sans perdre sa compétitivité. Il a tellement d'expérience et connait tellement ce club qu'il sera difficile à remplacer. »

    « Pas irrespectueux de dire qu’il n’est pas l’avenir de l’OM »

    En interne, le débat est vif pour savoir comment gérer la fin de règne du plus capé de l'histoire de tous les gardiens marseillais. En fin de contrat en juin 2020, il est normal d'y penser, « ce n'est pas irrespectueux de dire qu'il n'est pas l'avenir de l'OM et que le club doit préparer sa succession, poursuit Lollichon. Dans tous les grands clubs, il n'y a aucun sentiment à avoir, car le très haut niveau ne pardonne pas. L'OM ne peut pas se permettre de faire des cadeaux pour des postes aussi exposés et influents, même pour services rendus et en étant conscient de tout ce qu'il a apporté au club depuis des années. » Toujours international et appelé régulièrement par Didier Deschamps, le numéro 30 restait officiellement en fin de saison le numéro 1 à Marseille, le numéro 2 avec les Bleus. Jusqu'à quand ? Certainement jusqu'en 2020 tellement sont nombreux les dossiers plus prioritaires au moment de l'ouverture du Mercato d'été et de la nécessité pour Garcia de recruter des défenseurs et des attaquants capables d'offrir une nouvelle dynamique collective. Ce-la n'empêchera pas le club de lui mettre éventuellement un concurrent dans les pattes, aux côtés de Pelé, lui aussi en fin de contrat en juin 2020. Un espoir du style Jean Butez, jeune gardien français de 24 ans qui explose à Mouscron cette saison, ou un plus confirmé comme Benjamin Lecomte, le gardien de Montpellier de 28 ans, appelé par Deschamps pour la première fois en équipe de France cette saison. Avec trois gardiens capables de jouer en L1, l'OM serait alors paré... pour préparer la succession dans de bonnes conditions et offrir à son Fenomeno la sortie qu'il mérite. A condition qu'il souhaite arrêter en 2020, après l'Euro qui pourrait être sa dernière compétition internationale. Pas son dernier défi sportif. A 35 ans, si son capital physique est préservé, son professionnalisme peut en effet lui permettre de suivre les traces d'un Buffon... ou d'un Hilton, des quadras plus déterminés que jamais à ajouter de nouvelles aventures à leur carrière. Et alors d'être le grand frère phocéen du nouveau n°1 ou de prendre une direction plus exotique... même si son expérience malheureuse en Premier League ne le pousse pas à bousculer sa nature casanière.

    > Retrouvez ce sujet, ainsi que toute l'actu de l'OM dans le magazine Le Foot Marseille, actuellement chez votre marchand de journaux.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club