En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    5 moments forts qui prouvent que ce n'était pas un sélectionneur comme les autres

    DISPARITION

    Actus

    DISPARITION

    5 moments forts qui prouvent que ce n'était pas un sélectionneur comme les autres

    26 mars 2020

    Décès de Michel Hidalgo à 87 ans

    Décédé aujourd'hui à l'âge de 87 ans, Michel Hidalgo a été un de splus grands sélectionneurs de l'équipe de France. Retour sur 5 souvenirs marquants parmi tant d'autres.

    Après 12 ans d’absence, Michel Hidalgo a permis à l’équipe de France de se qualifier pour la phase finale de la Coupe du Monde 1978 en Argentine. La veille du départ en Amérique du Sud, le 23 mai 1978 exactement, il est victime avec son épouse d’une tentative d’enlèvement par un groupe opposé à la Coupe du Monde en Argentine, pays sous la coupe d’une dictature militaire. L’opération tourne court quand Hidalgo parvient à bousculer l’un des agresseurs qui fait tomber son pistolet par terre. Le sélectionneur le ramasse avant l’homme, peu sûr de lui, qui n’a d’autre choix que de s’enfuir en courant.

    C’est un des épisodes les plus rocambolesques de l’histoire du football français. Après avoir perdu contre les Anglais en ouverture du tournoi, la France affronte le Koweit dans son 2ème match de poule. Grâce à Genghini, Platini et Six, les Bleus mènent tranquillement 3-1 à dix minutes de la fin quand le match va rentrer dans l’histoire. Giresse inscrit un 4ème but (validé par l’arbitre) mais les Koweïtiens contestent, estimant qu’un coup de sifflet est descendu des tribunes avant la dernière passe. Rien n’y fait, l’arbitre campe sur ses positions jusqu’au moment où le cheikh Fahad al-Ahmed al-Jaber al-Sabah, frère cadet de l’Emir du Koweit, président de la fédération et du Comité olympique koweïtiens descend sur la pelouse et apostrophe l’arbitre en ordonnant à ses joueurs de regagner les vestiaires. C’est à ce moment là que Myroslav Stupar consulte son arbitre de touche et finit par annuler le but. Sorti de son banc, Michel Hidalgo ne décolère pas. L’image du sélectionneur, bloqué par la policie espagnole qui l’empêche de rentrer sur le terrain, restera une des images fortes du mondial. Alors que l’arbitre du match sera radié à vie, le cheikh sera abattu 8 ans plus tard par la milice de Sadam Hussein.

    Pour beaucoup de français de plus de 50 ans, le France - Allemagne de Séville en 1982 restera à jamais un des pires cauchemars de leur vie de supporters. Le 8 juillet 1982, la France mènera 3-1 en prolongation en demi-finale de la Coupe du Monde face aux Allemand, avant de se faire remonter et de s’incliner aux tirs au but. Cette rencontre à la dramaturgie exceptionnelle reste une des plus grandes de l’histoire du foot. En dehors du scénario incroyable avec la remontée des Allemands, elle est marquée par la sortie extrêmement brutale du gardien de but Harold Schumacher face à Patrick Battiston bien parti pour marquer (56ème minute). Cette sortie qui provoquera l’évacuation du Français sur civière n’est pas sanctionnée par l’arbitre et reste à ce jour une des plus grandes erreurs d’arbitrage de la Coupe du Monde. L’épisode sera d’autant plus mal vécu par les Français après l’élimination aux tirs au buts.

    Porté par un Michel Platini exceptionnel (9 buts inscrits), l’équipe de France de Michel Hidalgo remporte le championnat d’Europe des Nations en battant l’Espagne (2-0) en finale. Après une demi-finale d’anthologie contre le Portugal à Marseille (victoire 3-2), l’équipe de France remporte le premier titre international de son histoire. Au cours de cette compétition, elle remporte tous ses matchs.

    En juillet 1984 quelques jours après le sacre du Parc des Princes, Laurent Fabius, nouvellement nommé premier ministre par François Mitterrand lui propose le poste de Ministre des Sports, mais, pris par le temps pour se décider, celui qui a quitté ses fonctions de sélectionneur (laissant la place à Henri Michel) pour retourner à la tête de la Direction technique nationale, refuse. Plus tard, il dira qu’il a regretté cette décision.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club