En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Un putsch sur l'OM ?

    Marseille

    Actus

    Marseille

    Un putsch sur l'OM ?

    1 juil. 2020

    Boudjellal en "sniper"...

    Déjà fragilisé par sa situation financière, voilà l'OM déstabilisé par la véritable opération commando pilotée par Mourad Boudjellal au nom de l'homme d'affaire franco-tunisien Mohamed Ayachi Ajroudi. Beaucoup de bruit pour rien ? McCourt en tout cas persiste et signe : il ne veut pas vendre.

    C’est une histoire comme seul l’Olympique de Marseille est en mesure d’écrire. En fin de semaine dernière, la rumeur persistante d’une possible vente de l’OM, que tant de supporters olympiens aimeraient voir se concrétiser, a pris une nouvelle dimension. Dans une conférence de presse lunaire, comme il en a l’habitude, Mourad Boudjellal a expliqué qu’il oeuvrait pour un fonds d’investissement du Moyen Orient pour racheter l’OM. L’ancien président du club de rugby de Toulon, qui a déjà défrayé la chronique avec le rachat du club de foot de la même ville explique avoir été « approché par un homme d’affaires franco tunisien de première importance, qui portait des fonds d’un pays du Moyen-Orient, des fonds issus du pétrole, de l’eau, de l’énergie, et qui souhaite faire une offre de rachat à M. McCourt ». Tel un véritable « sniper », Boudjellal évaluait clairement la situation : « tout le monde sait que l’OM a un déficit important cette année. Il faut le couvrir ou le faire couvrir ». Le décors est planté : selon Boudjellal, McCourt doit vendre. Un discours ciblé alors que l’OM traverse des heures difficiles et que Jacques-Henri Eyraud s’est mis à dos les supporters.

    Boli à Boudjellal : « Vous pouvez boucher le port de Marseille avec le fric des autres mais respectez le club »

    L’homme qui a réussi à emmener les rugbymen de Toulon sur le toit de l’Europe appuie là où ça fait mal. Ou plutôt, là où ça fait du bien aux supporters qui s’enflamment vite devant les millions promis et la bataille annoncée avec le PSG pour la suprématie du football français. Le spectre du fameux « fonds saoudien » évoqué il y a plusieurs semaines ressurgit et affole la canebière. Le fait que l’Arabie Saoudite est en conflit ouvert avec le Qatar, propriétaire du PSG ne fait qu’attiser le feu allumé par l’ancien dirigeant de rugby. Boudjellal, qui précise à l’époque que « l’offre va être formulée la semaine prochaine », laisse alors la place aux fantasmes les plus fous. Mais sur le fond, il a du mal à convaincre.

    Après les démentis en série (la banque Rotshild censée être concernée), McCourt, Eyraud...  c’est un ancien du club qui est monté au créneau. Et pas n’importe qui. Dans un tweet, Basile Boli, qui travaille toujours pour l’OM (avec la fonction très vague de coordinateur sportif), a adressé un tacle digne de ses plus belles heures à l’ancien patron du club de Rugby de Toulon.  « Mr Boudjellal, je viens de lire et écouter vos déclarations concernant l’OM.  Je voulais juste vous dire de respecter ce club et cette ville. De Benbarek, Zatelli, Skoblar, Papin, Di Meco, Deschamps, Steve Mandanda et Pape Diouf, nous avons une histoire. Vous pouvez boucher le port de Marseille avec le fric des autres mais au moins, sportivement, respecter ces personnes qui ont vécu et qui vivent au son et à l’air de ce club ». Un tweet qui n’est pas passé inaperçu et qui résume l’état d’esprit des Marseillais, de plus en plus, nombreux à s’agacer des rumeurs de rachat de l’OM...

    Ajroudi : « tout est à vendre et tout est à acheter »

    Deux jours plus tard, l’affaire prend un nouveau tournant quand le fameux homme d’affaire tunisien, Mohamed Ayachi Ajroudi, se dévoile à travers une interview accordée à l’AFP. « Le club n'aura pas le drapeau saoudien, explique Ajroudi qui précise n’être l’intermédiaire de personne. « Ce n'est pas aussi simple, les médias disent : ''Les Saoudiens arrivent et vont se battre contre les Qatariens du PSG''. Dans le tour de table, les Saoudiens et les Emiratis ne dépasseront pas la majorité, il y aura des entreprises de tout le bassin méditerranéen sans exclusion. Depuis que l'info est sortie, de grands décideurs veulent surfer sur cette vague-là, mais nous sommes là pour la tolérance, pour vivre ensemble. Je n'ai pas d'amis, pas d'ennemis. L'Olympique de Marseille est en croisade, une croisade pour la paix ».L’homme d’affaire tunisien, président du Mouvement du Tunisien pour la liberté et la dignité répond aux démentis. « Tout est à vendre et tout est à acheter. Si on a avancé, c'est que c'est possible. Mais on veut que ce soit fait avec beaucoup de précision. Nous nous préparons depuis un moment ».

    L’opération ressemble à un véritable « putsch » où au minimum un passage en force. Ce qui provoque la réaction immédiate du clan McCourt qui dénonce une tentative de déstabilisation du club. « Le club n'est pas à vendre, explique un porte-parole de l'Américain. Non seulement il n'existe aucune discussion de quelque nature que ce soit avec M. Ajroudi ou ses partenaires, mais nous assistons à une tentative de déstabilisation du club. Frank est focalisé avec beaucoup d'enthousiasme sur la prochaine saison, qui verra l'OM retrouver la place qu'il mérite parmi l'élite européenne en participant à la Ligue des champions, une première en sept ans. »

    13 ans après « l’affaire Kachkar » (l’homme d’affaire Canadien qui voulait acheter l’OM sans en avoir les moyens), l’OM est-il en train de vivre un nouvel épisode tout aussi rocambolesque où s’agit-il d’un véritable projet sur le long terme qui va continuer d’alimenter les médias pendant plusieurs mois ? Une chose semble en tout cas de plus en plus sûre : si Boudjellal et ses nouveaux amis finissent par mettre la main sur l’OM, ce sera un véritable coup de force.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club