En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Chartres (National 2), une fusion qui fait mouche

    NATIONAL 2

    AMATEURS

    NATIONAL 2

    Chartres (National 2), une fusion qui fait mouche

    15 févr. 2019

    Le point avec le président, Gérard Soler

    Mois de 8 mois après sa création, le C'Chartres, né de la fusion entre les deux clubs de la préfecture d'Eure-e-Loir, est aux portes du National. Une réussite qui s'explique.

    Né cet été (le 1er juillet exactement) de la fusion entre le FC Chartres (qui évoluait en National 2 depuis deux ans) et Chartres Horizon (National 3), le C’Chartres Football est un des bastions du foot dans le Centre-Val de Loire. Mais surtout, une belle réussite sportive. Encouragée par la municipalité, qui pouvait difficilement soutenir deux clubs au niveau national, la création du C’Chartres Football pourrait bien déboucher sur une grande première pour la préfecture d’Eure-et-Loir, avec une montée en National, troisième échelon français.

    Premier avec 4 points d’avance sur le deuxième, le C’Chartres vit ses ambitions sans pression. « Au mois de juillet dernier lors de la création du club, si on nous avait dit qu’on serait premiers avec 4 points d’avance à cette période de la saison, on n’y aurait pas cru », explique Gérard Soler. L’ancien international, ancien président délégué de l’AS Saint-Etienne a répondu à l’appel du maire de Chartres en prenant les destinés du club de la ville. « Il se trouve que mes parents ont habité à Chartres, donc j’ai toujours eu une relation particulière avec cette ville, explique celui qui a participé à la Coupe du Monde en 1982. « J’ai rencontré le maire dans le cadre de mes activités professionnelles et quand le projet de fusion s’est concrétisé, il m’a demandé si je pouvais donner un coup de main. Au départ, il y avait quelqu’un d’autre, mais malheureusement, cette personne est décédée par la suite et je me suis retrouvé tout seul à la tête du projet ».

    Près de 1000 licenciés, 56 équipes et une soixantaine d'éducateurs...

    Un projet parfaitement mené, avec tout de suite l’arrivée de Jean-Guy Wallemme, coach des Verts à l’époque où Soler en était le président, séduit par le projet d’envergure du club. Car l’objectif, à moyen terme, est de jouer en National, voire plus haut… « Notre objectif est d’atteindre le National, mais si on peut aller jusqu’en Ligue 2, on ne s’en privera pas » précise Gérard Soler.

    Avec près de 1000 licenciés, 56 équipes, une soixantaine d’éducateurs et des dirigeants compétents, le C’Chartres prend de plus en plus de poids dans la région. Le professionnalisme de Gérard Soler, qui veut « montrer, qu’on trouve des solutions pour avancer dans le projet » est mis au service de l’équipe première, mais aussi des équipes de jeunes. « Pour l’instant, nos équipes de jeunes sont au plus haut niveau régional, mais les U18 sont bien placés pour monter et on pourrait bien avoir des U19 au niveau national la saison prochaine. Même chose pour les U16 qui pourraient nous permettre d’avoir des U17 nationaux la saison prochaine », explique Soler.

    Moins de huit mois après sa naissance, le C’Chartres veut prendre son temps. Pas question de commencer à parler de montée maintenant. Un bilan sera fait à la fin du mois de mars. « C’est aux joueurs de décider ce qu’ils veulent faire de leur saison, si on ne monte pas, je ne leur en tiendrais pas rigueur ». Le discours sage d’un homme expérimenté qui ne veut surtout pas précipiter les choses.

    Avec un budget qui tourne autour d’1,7 M€, le club d’Eure-et-Loir s’est donné des moyens mesurés pour aller de l’avant avec efficacité, mais ne veut pas se prendre pour ce qu’il n’est pas. « Nous ne sommes là que depuis quelques mois, conclut Gérard Soler. Au mois de mars, on va se réunir pour faire un premier bilan, voir ce qu’il faut améliorer pour continuer de construire ». Peut-être aussi faudra-t-il préparer un budget pour le niveau du dessus, mais ça, on n’en parle pas. Ce qui ne veut pas dire qu’on n’y pense pas.


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club