En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.

Ecrivez sur votre club L'actualité de votre club
    Un enjeu capital

    Division 1

    Féminines

    Division 1

    Un enjeu capital

    16 nov. 2019

    > Lyon - PSG (17h30)

    S’il est encore tôt dans la saison pour dire que ce match est une finale, le rendez-vous de cette après-midi a une importance capitale pour la suite de la saison. Une nouvelle démonstration des Lyonnaises ruinerait tout espoir de titre pour les Parisiennes.

    Une finale entre Lyon et le PSG par manche aller et retour. Malgré les ambitions de plusieurs autres clubs de Ligue 1 d’avoir une équipe féminine performante, c’est toujours à cela que se résume le championnat de France, baptisé depuis cette saison D1 Arkema. Et il faut bien le reconnaître, depuis plus de dix ans, ce sont les Lyonnaises qui l’emportent (13 titres de suite). Toutefois, plus ça va, plus l’écart se réduit entre les deux équipes. Même s’il reste encore conséquent, à l’image du cinglant 5-0 infligé en fin de saison dernière par les Fenottes aux Parisiennes. Depuis, les deux équipes se sont retrouvées pour le Trophée des Champions, avec encore une victoire de l’OL. Le score (1-1, victoire aux penalties) laisse cependant de l’espoir à Katoto et ses partenaires. « Quand vous regardez les chiffres, ils sont quand même effrayants, souligne Olivier Echouafni. C'est une équipe qui est invaincue depuis deux ans et demi, qui sur les dix dernières années n'a perdu que deux matchs en championnat, mais les séries sont faites pour s'arrêter un jour ou l'autre et si on a la chance de pouvoir aller faire un résultat là-bas, on fera tout pour le faire ». Un discours qui ressemble à celui de la saison dernière au moment où le PSG se déplaçait au Groupama Stadium plein d’espoir, pour tenter de détrôner Renard et ses partenaires.

    Match retour le 14 mars

    « La saison dernière, on a pris une véritable claque », se souvient l’entraîneur du PSG. Lui et ses joueuses sont prévenues. « On ira là-bas pour jouer », expliquait quand même Echouafni hier.

    Côté Lyonnais, l’absence de Wendie Renard peut-elle changer la donne ? « Ils ont assez de joueuses de qualité dans l’effectif pour trouver une solution », commentait Echouafni (c’est la Canadienne Buchanan qui devrait la remplacer), cela ne change rien ».

    Meilleure attaque (Lyon), face à la meilleure défense (PSG) de Ligue 1 : le match pourrait ressembler à une attaque-défense avec des Parisiennes prêtes à saisir le moindre contre pour déstabiliser leurs adversaires. Le pressing haut des joueuses d’Olivier Echouafni peut aussi être une arme face à une équipe qui aime jouer au ballon et ressortir de derrière par petites passes courtes, et qui parfois se fait contrer. Mais, Paris l’a appris à ses dépends en fin de saison dernière, l’équilibre est fragile. Et pour réussir un exploit dans un Groupama Stadium record (30 000 personnes sont attendues, un record pour un match de D1 féminine en France), tout le monde devra être à son meilleur niveau. A commencer par la Brésilienne Formiga (40 ans), véritable régulateur au milieu de terrain, à la fois dans la récupération et le jeu de transition.

    En face, Lyon se présente comme le grand favori, avec toute la confiance qui va avec. La dernière fois que les Fenottes ont perdu en Ligue 1, c’était le 17 décembre 2016 devant… le PSG. On comprend pourquoi Jean-Luc Vasseur, qui a succédé à Reynald Pédros cet été, est très décontracté et très sûr de son équipe avant le match. « C’est un match important mais pas décisif, explique le coach lyonnais. On a cœur de jouer chez nous devant beaucoup de public.  On s’attend à une belle journée et à un très bon match. On est à l’aise dans notre place de leader. Ce sont des championnes et elles ont l’habitude de ces rendez-vous. Elles montent en puissance. »

    Un moment incertaine, Eugénie Le Sommer (5 buts cette saison) sera bien au rendez-vous et sera alignée au côté d’Ada Hegerberg, meilleure buteuse du championnat avec 10 réalisations. La Norvégienne, Ballon d’Or 2018, est suivie par deux parisiennes au classement : Marie-Antoinette Katoto (8 buts) et Kadidiatou Diany (7 buts). Ce qui devrait nous promettre du spectacle et faire de cette rencontre un véritable match de gala. La manche retour est programmé pour le samedi 14 mars, à l’occasion de la 17ème journée.

    Il est important de noter qu’en cas d’égalité, c’est la différence de buts particulière entre les deux équipes qui prévaut. Ce qui veut dire que le double affrontement entre l’OL et le PSG doit être vécu comme un véritable duel de coupe.

    > Le classement de la D1 Arkema (après 8 journées)

    1. Lyon, 22 pts +32

    2. Paris SG, 22 pts +28

    3. Montpellier HSC, 16 pts +12

    4. Bordeaux, 15 pts +5

    5. Paris FC, 11 pts -4

    6. Soyaux, 10 pts, -6

    7. Fleury 91, 10 pts -8

    8. Guingamp, 10 pts -4

    9. Stade de Reims, 7 pts -6

    10. Dijon, 6 pts -14

    11. OM, 6 pts -19

    12. Metz, 1 pt -16

     


    Vous avez aimé cet article ? Faites-le savoir !


    Votre article dans

    Ecrivez sur votre club